Réalisation PASCAL HANDORIN, responsable des espaces verts et voiries de Sainte-Gemmes-sur-Loire

L’empreinte de l’ardoise

Mots clés : Aménagements extérieurs - Produits et matériaux

Après avoir hissé l’ex-cité ardoisière de Trélazé au niveau 3 Fleurs des Villes et Villages fleuris, il choisit en 2009 de déployer sa créativité paysagère à Sainte-Gemmes-sur-Loire, auréolée le 7 mars par une 4e Fleur.

Très attaché à son Anjou natal, Pascal Handorin passe son enfance à Trélazé, en Maine-et-Loire.

« C’était un site ardoisier très sauvage à l’époque, avec d’anciennes carrières, des trous d’eau, des terrils, des petits sentiers… Je passais ma vie dans les arbres ! » Quand il daigne en redescendre, il donne quelques coups de bêche avec son père et son oncle dans leurs jardins familiaux. Après un CAP en aménagement paysager au lycée horticole de Pouillé, aux Ponts-de-Cé, il est embauché chez Robin, la plus grande entreprise de paysage de la région. « Le patron était Meilleur Ouvrier de France. Avec lui, mon métier a pris toute son amplitude. On travaillait dans de belles propriétés. J’ai appris la maçonnerie : dallages, terrasses, murets, escaliers, petits emmarchements… J’ai aussi appris à travailler les perspectives pour mettre en scène les végétaux et réaliser des compositions harmonieuses. » Au bout de dix ans, en 1989, il accepte un poste à la ville de Trélazé – 11 000 habitants à l’époque. « Je voulais passer à autre chose. Au début, j’étais tout en bas : agent technique. J’avais un peu peur de m’embêter, mais finalement, je m’y suis bien plu. » Soucieux...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 408 du 09/04/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X