Régions Dijon

L’écocité Jardin des Maraîchers sème ses chantiers

D ‘ici à la fin de l’année, quelque 360 logements seront en chantier dans l’écocité Jardin des Maraîchers à Dijon (Côte-d’Or). Livrés fin 2018, ils formeront la moitié de la première tranche du programme d’habitat conçu par l’architecte urbaniste Nicolas Michelin sur le site des anciens abattoirs, en limite sud de la ville. Ils se répartissent en six projets qui font suite au premier immeuble de 24 logements du bailleur Grand Dijon Habitat, inauguré fin octobre. L’un de ces projets se singularise par la reconversion du seul bâtiment non démoli des abattoirs en 22 lofts et 2 000 m2 de commerces alimentaires.

Aménageuse de cette ZAC de 19 hectares, la Société publique locale d’aménagement de l’agglomération dijonnaise (Splaad) a déjà démarré la commercialisation des lots restants de la première tranche. Début 2018, elle choisira les promoteurs et les architectes parmi une liste issue des deux appels à manifestation d’intérêt. Plus d’une centaine d’architectes ont posé leur candidature. Les promoteurs ont été moins nombreux à répondre, et la Splaad espère que les professionnels régionaux seront rejoints par des nationaux dans cette nouvelle phase.

Cahier des charges précis. Le cahier des charges fixe un cadre de travail précis. Les volumétries des toits introduisent des appartements dans les combles et en duplex. Le stationnement sera situé au niveau des rez-de-chaussée des immeubles. Côté mixité sociale, il est prévu 35 % de logements à loyer modéré et 15 % de logements collectifs ou individuels en accession à prix abordable, à l’échelle du quartier ; ces proportions s’appliqueront chaque fois que possible au niveau de la parcelle unitaire. C’est ainsi que l’offre de logements individuels groupés autour d’un petit terrain apparaît dans plusieurs programmes.

Une partie de la gestion des eaux pluviales sera réalisée dans le périmètre de l’îlot. Des espaces enherbés optimiseront la perméabilité des sols constitués de matériaux de gravière et compléteront les noues le long des voiries. Celles-ci seront reliées à un mail transversal qui deviendra le parc urbain de l’ensemble de l’écocité, appelée infine à abriter un total de 1 500 logements.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X