Enjeux Le Royaume-Uni sonné par la faillite de Carillion

L’avenir des contrats du numéro 2 du BTP britannique est en suspens.

Mots clés : Défaillance d'entreprise - Entreprise du BTP

Comment Carillion, géant du BTP au Royaume-Uni, près de 6 Mds € de chiffre d’affaires en 2016 et 43 000 employés dans le monde, dont 20 000 outre-Manche, a-t-il pu faire brutalement faillite le 15 janvier ? « C’est la conséquence d’un marché britannique du BTP et de la sous-traitance ultra-concurrentiel, une situation encore aggravée par l’endettement trop important du groupe ces dernières années », estime une note d’UBS. Selon le conseiller financier, les sociétés de construction sont engagées dans une course effrénée aux coûts bas, répondant aux appels d’offres avec des prix au plancher. Dans ces conditions, le moindre dérapage se paie cher. Carillion croulait ainsi sous près de 1,68 Md € de dettes, en raison de problèmes rencontrés sur plusieurs grands contrats (surcoûts, difficultés d’exécution, retards, annulations… ).

La fragilité du groupe, qui avait émis trois avertissements sur résultats depuis juillet, était aussi due au recours trop important aux sous-traitants (30 000), notamment dans ses activités de maintenance pour l’Etat et les collectivités locales, ainsi que pour des personnes publiques comme Network Rail, l’opérateur du réseau ferré britannique. Après avoir échoué à négocier une ligne de survie avec le gouvernement et les banques, le numéro 2 du BTP britannique, basé à Wolverhampton (Angleterre), s’est donc dé-clarée en faillite, avant d’être placée en liquidation judiciaire avec effet immédiat.

Le gouvernement cherche des...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5960 du 26/01/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X