Enjeux

JO : rien ne sert de courir, il faut bâtir à point

Chargée de veiller à la livraison des ouvrages olympiques, la Solidéo jouera un rôle clé.

C ‘est désormais officiel ! Paris organisera les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. L’étape de la candidature ayant cette fois-ci été franchie avec succès, une autre aventure commence : celle de la réalisation de l’ensemble des équipements nécessaires à l’organisation de cet événement planétaire qui se déroulera du 2 au 18 août 2024. Si la perspective semble lointaine, il s’agit pourtant de ne pas perdre de temps. Le gouvernement a d’ailleurs montré l’exemple en nommant, dès le 14 septembre, Jean Castex, délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques. Celui-ci, maire (LR) de Prades (Pyrénées-Orientales) et conseiller-maître à la Cour des Comptes, devrait assurer le lien entre l’Etat et les deux structures sur lesquelles va reposer la préparation des Jeux : le Cojo (Comité d’organisation des Jeux olympiques) et la Solidéo (Société de livraison des équipements olympiques).

Veiller aux coûts et aux délais. L’ensemble du dispositif devrait se mettre rapidement en place. D’ici à début 2018, l’actuel comité de candidature Paris 2024 (GIP Paris 2024) se transformera en Cojo. Tony Estanguet, coprésident du GIP, devrait en prendre la tête. Doté d’un budget de 3,6 Mds €, financé à 97 % par le privé, le Cojo...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5941 du 22/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X