Enjeux

Je t’aime, moi non plus

Qui aime bien châtie bien. Si l’on se fie à cet adage, le gouvernement Philippe doit adorer les professionnels de l’immobilier puisqu’en 100 jours, il n’a cessé de leur faire parvenir des preuves d’amour vache.

Le gouvernement a d’abord pris à son compte la technique de séduction qui consiste à ignorer l’être aimé en secret en faisant disparaître le logement de ses intitulés ministériels. Miracle ! Le stratagème a fonctionné. Les professionnels se sont précipités dans les bras du ministère de la Cohésion des territoires pour s’assurer de l’intérêt porté à leur secteur.

Après quelques semaines, la routine menaçait de s’installer. C’était sans compter sur l’annonce de la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière qui allait pimenter cette relation naissante.

Et comme entretenir une nouvelle idylle coûte cher, il a fallu réduire le train de vie. Les APL devraient donc subir un coup de rabot.

Enfin, pour entretenir la flamme, le ministère de la Cohésion des territoires a lancé sur le web une consultation sur le projet de loi logement attendu à l’automne. Chacun, expert ou simple quidam, peut y aller de sa mesure. Les fédérations, censées représenter les professionnels du secteur auprès des élus, se font carrément uberisées.

Des preuves d’amour, il y en aura encore. D’abord avec le projet de loi logement et ensuite avec la loi de finances pour 2018 qui portera le probable recalibrage du dispositif Pinel et du prêt à taux zéro. Les professionnels lassés de cette relation devront prendre leur mal en patience… A ce qu’il paraît, l’amour dure trois ans.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X