Actualité

J’ai tendance à voir la Semop [SEM à opération unique] comme la dernière chance de l’économie mixte. Parce qu’elle offre un cadre sécurisé pour concilier le recours au privé et la participation au capital de la société gestionnaire. Sans elle, les élus risquaient de privilégier par défaut les sociétés publiques locales à capital 100 % public.

Mots clés : Economie mixte - Etat et collectivités locales - Situation économique

Salim Bensmail, directeur de la Mission d’appui aux PPP, le 5 novembre à Paris.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X