Régions

ISERE Déconstruction et réhabilitation au sommet du Moucherotte

Mots clés : Espace naturel - Rénovation d'ouvrage - Tourisme

Réhabilitation de friches touristiques

Situé à l’extrémité nord-est de l’arête marquant la limite est du Vercors, le sommet du Moucherotte (1 901 m), est une porte d’entrée sur le parc naturel régional du Vercors. Un site peu reluisant tant le sommet est encombré de friches touristiques, vestiges de la station de sports d’hiver ouverte en 1950. La friche la plus visible est sans conteste l’hôtel de l’Ermitage (environ 1 000 m2), lieu de rendez-vous du show-business dans les années 60, fermé depuis 1977 et laissé à l’abandon.

Plusieurs pistes de réhabilitation et de valorisation du sommet sont envisagées. C’est finalement début mai 2001 que le conseil général de l’Isère a annoncé un projet abouti dans le cadre d’une politique de préservation des espaces naturels sensibles du département. Depuis octobre 1999, le Haut Moucherotte fait d’ailleurs partie du réseau Espaces naturels sensibles de l’Isère. « Suite à la convention de cession des terrains signée en mars 2001 entre le conseil général et les communes concernées [Saint-Nizier-du-Moucherotte, Seyssins, Claix, Seyssinet et Lans-en-Vercors], nous prenons en charge la totalité du coût de la démolition, pardon de la déconstruction des bâtiments, résume Serge Revel, vice-président du conseil général de l’Isère, chargé du développement durable, des énergies nouvelles, de l’environnement et du tourisme. Le coût total de l’opération, déconstruction et aménagement touristique à suivre, sera d’environ 2,5 millions de francs ».

Entamés le 22 mai, les travaux de désamiantage, de déconstruction de l’hôtel et de tri des matériaux se poursuivront jusqu’à fin juin. Commencera la démolition du gros oeuvre dont une partie sera concassée et servir de remblais sur le site. L’objectif est de retrouver une planimétrie qui se rapproche le plus possible de l’état originel du sommet. La revégétalisation du sol, puis un projet d’aménagement touristique devrait s’achever à l’automne 2002. La suppression de la gare supérieure du téléphérique est également inscrite au programme.

Fiche technique

PARTIE DEMOLITION

Maîtrise d’ouvrage : conseil général de l’Isère.

Maîtrise d’oeuvre : BET Betrec.

Démolition : Lyon STP.

Etude de revégétalisation : Cemagref.

Coût : 253 071 euros TTC (1,6 million de francs).

Fin des travaux : fin juillet 2001.

PHOTO :

Le gros oeuvre de la déconstruction de l’hôtel de l’Ermitage sera concassé et servira de remblais sur le site.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X