Architecture

INVENTONS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS : « LES COLLECTIFS PARTICIPATIFS », OU LE GLISSEMENT DES COMPÉTENCES

On aura tout dit du vaste désinvestissement du public vers le privé et des belles perspectives verdies qu’aura, cet automne, confirmé « Inventons la métropole du Grand Paris ».

Choucroutes garnies, léger mal de mer, on en perd parfois son vocabulaire. Mais à l’ère des phénomènes glissants et des référentiels bondissants, relisons autrement les résultats de cet « appel à projets » qui a démontré de manière éclatante la présence désormais systématique de « bureaux d’animation », de « co-quelque chose » et de « concertation participation ».

Fabrique « démocratique » de l’urbain

L’équation est limpide, DÉ-RE-CO : nos liens se DÉtissent, il nous faut REcoudre le tissu en COélaborant des projets. Et il n’est aujourd’hui presque plus possible pour un concepteur (architecte, urbaniste, paysagiste, comme on voudra) de répondre à une consultation sans aller puiser dans ce marché des consultants de la fabrique « démocratique » de l’urbain, où se mêlent anciens acteurs et jeunes professionnels de l’urbanisme, jeunes et vieux universitaires, militants et élus reconvertis, compagnies de théâtre et activistes urbains…

La fabrique de la ville de l’Après-guerre aura été dominée par la planification et le quantitatif, les ingénieurs et les économistes ; celle des années 1970, puis surtout 1980, par le retour des architectes au « projet urbain ». Les paysagistes y auront fait une entrée en force au cours des années 1990, obtenant une reconnaissance progressive de la spécificité de leur apport et donc, de leur titre, avant de confirmer l’essai tout au long de la décennie 2000 ; laquelle verra la plupart de leurs grandes figures récompensées du grand prix national de l’Urbanisme.

Chez les architectes, ce glissement en laissa plus d’un désarçonné.

Place, désormais, aux « collectifs participatifs », bientôt mandataires ? C’est déjà le cas, à Paris, pour la refonte de l’emblématique place de la Nation sous la conduite de Coloco, un ancien « collectif » d’architectes devenu une agence-comme-les-autres. Dans « Inventer la métropole », les collectifs participatifs sont lauréats partout ou presque : Encore heureux avec Dominique Perrault à...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 266 du 11/01/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X