Détails

Introduction

Mots clés : Architecte - Architecture - Gros oeuvre - Maison individuelle - Matériel - Equipement de chantier - Normalisation - Marquage CE - Technique de construction

Les réalisations regroupées au sein de ce dossier partagent la caractéristique d’envisager la problématique du filtre à travers la constitution de leurs façades. Epaisses, celles-ci utilisent leur ossature comme réponse à la question du filtrage, s’affranchissant ainsi de tout système d’occultation supplémentaire. Parce que la façade est aujourd’hui devenue un critère prédominant du projet, nous avons interrogé à ce sujet Jean-Marc Weill, architecte et ingénieur structure. Il nous livre son point de vue sur le thème de la façade en général et du filtre en particulier, mais aussi sur la manière dont il envisage la mise en application des Eurocodes en mars 2010.

Dans la plupart des projets récents, la façade épaisse et mixte s’impose comme une réponse systématique, incluant souvent la notion de filtre. Comment analysez-vous cet état de fait ?

D’une manière générale, j’ai l’impression que la question de la façade est en train de devenir un critère de projet prédominant, souvent plus important que celui de la structure du bâtiment, notamment pour les programmes tertiaires. Sur la question plus précise de la façade filtre, il existe à mon sens une arborescence de la conception de la façade que l’on pourrait diviser en deux sous-ensembles incluant ou non la structure, celle-ci jouant ou non un rôle dans le filtrage qu’opère la façade entre l’intérieur et l’extérieur. Dans l’ouvrage Construire l’Architecture*, les auteurs parlent de « structure-surface », une dénomination assez intéressante qui autorise la façade filtre à pouvoir se penser aussi comme une ossature. Néanmoins aujourd’hui, beaucoup de projets donnent à voir d’abord la façade-peau, conséquence de l’obligation d’isoler par l’extérieur et de limiter les ponts thermiques, et traitent la structure au second plan. Je me demande souvent si, pour être un bon ingénieur structure il ne faudrait pas aussi être un ingénieur thermicien, et vice et versa. Il n’est pas trop tard pour y penser.

La façade concentre également toutes les attentions en termes de recherche d’image. C’était moins le cas auparavant quand la structure pouvait faire l’identité d’un projet.

Je suis tout à fait d’accord. D’autant plus que comme la plupart du temps, on a retiré à la façade la fonction de porter, il existe désormais une liberté formelle relativement importante.

On constate un vif intérêt pour les résilles qui impliquent cette question du filtre. Comment l’expliquez-vous ?

Parce que c’est l’une des réponses possibles à l’idée de faire fusionner façade et structure. Il y a quelques exemples qui appartiennent à l’histoire comme par exemple la maison suspendue (1936-1938) de Paul Nelson ou encore le travail remarquable de l’ingénieur russe Vladimir Choukhov. Aujourd’hui j’ai l’impression que si la résille revient, c’est parce que l’idée de fabriquer des bâtiments sans structure immédiatement visible, structure au sens d’une ossature qui organise la représentation de l’architecture, est un thème récurrent sur de nombreux projets. Une résille bien dessinée est une façon de représenter la façade, d’harmoniser des façades aux fonctions totalement hétérogènes et aussi de répondre à l’objectif de concevoir une structure continue comme peut l’être la paroi. La façade filtre exprime également la relation qui s’établit entre le bâtiment et son environnement. C’est une thématique transversale des contraintes à traiter de plus en plus présente dans les projets. Une sorte de façade hyperactive pour rebondir ce que disait Yves Lion sur la façade active.

Quels projets d’architecture ont selon vous fait avancer la question de la façade épaisse ?

La question de la façade peut être ramenée au traitement des quatre questions suivantes : l’étanchéité à l’eau, l’étanchéité à l’air, le binôme thermique & lumière et la structure. De façon générale on constate que tant que l’on travaillait avec des murs de façades porteurs et une isolation par l’intérieur, la dimension structurelle de la composition de la façade était un élément important de la composition....

Vous lisez un article de la revue AMC n° 192 du 01/11/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X