[TO] Social

INTERNET Les écoles communiquent nettement mieux

Mots clés : Communication - marketing - Enseignement supérieur - Informatique - Produits et matériaux - Télécommunications

Parallèlement aux supports papier, les écoles se font connaître en montant des sites Web. Vitrine de leurs activités, ces sites évoluent peu à peu vers des usages plus commerciaux.

Depuis quelques années, les écoles affichent leur présence sur Internet. Point de départ des sites : les services informatiques. « Il y a cinq ans, un étudiant du département informatique a créé un site pour présenter sa discipline. Pour monter le site de l’école, nous nous sommes servis de la structure de base que nous avons enrichie », explique Véronique Sanvoisin, responsable de la communication à l’Insa de Lyon.

Même politique à l’Ecole spéciale des travaux publics. « Pour des raisons économiques, nous avons confié la réalisation de notre premier site à nos étudiants », indique Philippe Monvoisin, responsable du centre de calcul de l’école. Jean-Pierre Gousset, enseignant au lycée professionnel des métiers du bâtiment de Chardeuil, a monté seul le site de son lycée. « Face à la diminution des effectifs, je me suis demandé comment attirer les jeunes vers nos formations », précise-t-il.

Sans formation particulière, cet enseignant en génie civil a pensé et réalisé le site. Les pages détaillent le contenu des formations dispensées au lycée en montrant des élèves en train de réaliser des tâches. « Au départ, explique-t-il, l’hébergement de ce site était uniquement à mon domicile. Aujourd’hui, il existe une adresse conjointe au rectorat de Bordeaux. » D’une démarche informatique pour la création de leur site, les écoles se tournent ensuite vers leurs services de la communication pour leur développement. A l’Ecole des mines de Douai, le Web Master a laissé sa place « au service communication qui va gérer l’ensemble du site en relation avec les responsables de chaque entité ».

Le Web offre de nouvelles possibilités aux écoles

Si chaque responsable de département continue à alimenter la partie qui lui est propre, les services de communication veillent à la cohérence de l’ensemble. A l’Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC), le Web n’est pas considéré comme « un outil mais comme une autre façon de travailler », comme l’explique Jean Michel, conseiller du directeur en charge des technologies de l’information et de la communication. « Le Web doit refléter l’activité de toute une organisation. Il est important de bien définir les responsabilités de chacun sur le Web.

Chaque direction est responsable d’alimenter et de mettre à jour ses pages. Le rôle du comité de pilotage et du pilote est de garantir la cohérence générale du site », explique-t-il. Exercice d’autant plus difficile pour les écoles multisites. L’Ecole nationale supérieure des arts et métiers (Ensam) reflète parfaitement cette situation. « A l’Ensam, explique Claire Joncteur-Monrozier, en charge du Web, chaque centre possède son site. Nous avons un site commun, celui de la direction générale. L’objectif cette année est double : améliorer le site commun et définir une charte pour unifier la présentation des informations spécifiques à chaque centre de province. »

Outil de promotion, les sites vont permettre aux écoles d’aller plus loin dans leurs actions. « Nous mettons en place, pour la rentrée 2000, un serveur commun aux quatre Insa, qui permettra aux étudiants de s’inscrire en ligne », indique Véronique Sanvoisin. L’Ecole des mines de Douai s’apprête à effectuer la même démarche. Au-delà des sites, Internet devrait servir de vecteur pédagogique. « Depuis six mois, nous nous attaquons au coeur même de notre métier : l’enseignement. Nous réfléchissons à la mise en place de modules de formation en ligne », conclut Jean Michel.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X