Edito

Insertion

Le 5 janvier, la cour administrative d’appel de Paris annulait le permis de construire accordé au groupe LVMH pour restructurer l’ancien magasin de la Samaritaine à Paris. Motif invoqué par les juges : la nouvelle façade sur la rue de Rivoli, dessinée par les architectes de l’agence japonaise Sanaa, « ne répond pas à l’obligation d’insertion dans le tissu urbain environnant prescrite par le plan local d’urbanisme ». La formulation a de quoi surprendre, quand on sait à quel point l’expression « insertion dans le tissu urbain » est une vraie tarte à la crème en architecture, à quel point elle peut être galvaudée, et qu’elle porte en elle une incitation non formulée au mimétisme architectural le plus plat. Dans le premier jugement, le...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 239 du 11/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X