Enquête

Ingénieur structures : expert en calcul, il donne corps aux projets

Mots clés : Architecte - Architecture - Enseignement supérieur - Maîtrise d'ouvrage - Métier de la construction

Il traduit les projets du maître d’ouvrage et de l’architecte en ouvrages réalisables. Cette fonction exige de la rigueur et une bonne capacité à visualiser les projets en trois dimensions.

«Le rôle de l’ingénieur structures est de traduire les rêves esthétiques de l’architecte et du maître d’ouvrage en réalités techniques », définit Jean-Luc Schnoebelen, président du directoire de Ginger. En d’autres termes, sa mission consiste à transformer les projets en ouvrages réalisables. Ces professionnels interviennent bien souvent dès la genèse du projet. « Il est très valorisant pour eux de voir l’ouvrage réalisé », note Philippe Teillet, directeur technique chez DG Construction.

Dimensionner les ouvrages

L’ingénieur structures va passer une grande partie de ses journées, derrière son écran, à dimensionner les ouvrages (béton, métal ou bois), rédiger des notes de calcul, concevoir les plans des ouvrages… grâce à des logiciels spécialisés.

« Des compétences en mathématiques, en géométrie, et une bonne vision dans l’espace s’imposent », commente Philippe Teillet. Sans oublier une grande rigueur. Ce professionnel doit pouvoir visualiser la structure représentée par les plans d’architectes dans sa globalité, la comprendre dans son volume. « A la réception des plans, j’essaie d’imaginer quels sont les points porteurs, comment assurer la stabilité de l’ouvrage, explique Fabien Chalumeau, ingénieur structures des bâtiments chez Séchaud et Bossuyt. Il me faut à la fois prendre en compte les contraintes architecturales et respecter les contraintes économiques du maître d’ouvrage, c’est-à-dire l’enveloppe budgétaire. »

La fonction peut évoluer assez vite

En réunion, l’ingénieur structures est amené à proposer des solutions techniques aux architectes et au maître d’ouvrage… « Emporter l’adhésion n’est pas toujours facile, souligne Xavier Moriceau, directeur général de Séchaud et Bossuyt. Il faut être un bon communicant. » La fonction peut évoluer assez vite vers des dossiers à grandes responsabilités, et vers l’encadrement. C’est le cas de Fabien Chalumeau, en poste depuis deux ans : « J’ai à présent en charge la gestion de certains projets, ce qui m’amène à manager l’équipe d’ingénieurs spécialistes. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Nicolas Ott, 25 ans, ingénieur structures béton armé, DG construction

Après avoir obtenu mon diplôme de l’ESTP (Ecole supérieure des travaux publics), j’ai commencé à travailler, il y a deux ans, comme conducteur de travaux chez DG Construction. L’an dernier, j’ai intégré le bureau d’études de l’entreprise en tant qu’ingénieur structures béton armé. Cela me correspond davantage de travailler plus en amont. Mais mon expérience de terrain me permet aujourd’hui de mieux me représenter les structures que je calcule. L’intérêt de mon travail, qui est d’ailleurs propre au génie civil, est de pouvoir appréhender des projets aussi variés que la construction de ponts, d’ouvrages d’art, ou de complexes aquatiques. Il faut repartir de zéro à chaque projet. C’est très stimulant !

ENCADRE

Les caractéristiques du métier

Mission technique : l’ingénieur structures analyse le projet, dimensionne les structures (béton, métal, bois), ce qui implique de posséder les acquis théoriques de résistance des matériaux ainsi que des compétences en mathématiques et en géométrie, doublées d’une bonne aptitude à se représenter les objets dans l’espace. Des connaissances qui lui servent également à la rédaction des notes de calcul et à la conception des plans des ouvrages.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X