Enquête

Ingénieur méthodes : en lien étroit avec les travaux

Mots clés : Enseignement supérieur - Matériel - Equipement de chantier - Métier de la construction

Il détermine l’ensemble des moyens matériels et humains et les procédures nécessaires à la bonne réalisation d’un chantier. Cette activité, qui touche de très près aux travaux, comporte une importante dimension relationnelle.

Les méthodes sont au carrefour des études et du chantier. L’ingénieur méthodes est en effet chargé de définir les moyens matériels et humains et les procédures nécessaires à la bonne réalisation d’un chantier. « Ce profil correspondra ainsi très bien à des jeunes dotés d’une curiosité pour la technique, les modes de construction et les matériels en général », expose Thibaut Vaysse, chargé de recrutement pour le groupe Rabot Dutilleul. Mais aussi, selon Pierre Becuwe, responsable du bureau de méthodes de cette entreprise, aux personnes attirées par la préparation de chantier et désireuses de contacts avec la production, sans avoir la responsabilité des équipes et des intervenants sur site.

Assistance technique

En phase projet, l’ingénieur méthodes intervient comme soutien technique : mise au point des plannings d’exécution, modes constructifs… « Il faut avoir une approche très pragmatique pour lancer des démarches réalisables, souligne Thibaut Vaysse. L’ingénieur méthodes devra posséder une grande rigueur, tant technique qu’organisationnelle. » L’affaire décrochée, le cœur de la mission est de préparer le chantier : définition des modes opératoires, installation… « Il faut avoir une vue générale du déroulement, afin de pouvoir définir le matériel à utiliser, la main-d’œuvre à laquelle il faudra recourir », explique Luc Amoros, adjoint au directeur technique chez Razel. Pendant l’exécution des travaux, l’ingénieur méthodes peut également se voir confier des missions d’assistance technique en cas de problème, la prise en compte d’un imprévu par exemple. Il doit être doué d’un bon relationnel car il travaille en interaction avec les acteurs de l’opération. A commencer par le chef de chantier. « Il faut être moteur, force de proposition, insiste Pierre Becuwe. Même jeune, l’ingénieur méthodes doit être capable d’échanger avec des professionnels expérimentés pour faire valoir et améliorer ses solutions techniques, et ce avec diplomatie ! »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Jérémy Gosse, 23 ans, ingénieur méthodes chez Rabot Dutilleul

J’ai choisi les méthodes pour la technique. Il faut avoir un esprit très logique, très mathématique. En fait, c’est beaucoup de bons sens ! Diplômé de l’Institut catholique d’arts et métiers (Icam) de Lille, j’ai d’abord suivi un stage dans la conduite de travaux, avant d’entrer chez Rabot Dutilleul il y a un an. J’interviens en phase exécution surtout, la partie études est plutôt réservée aux ingénieurs confirmés. J’ai une préférence pour la partie préparation des chantiers, qui occupe 60 % de mon temps : organisation des plannings, installation du chantier, phasage… Le tout en collaboration avec le conducteur de travaux. Nous préparons également le budget matériels et main-d’œuvre.

ENCADRE

Les caractéristiques du métier

En phase projet : il définit les modes constructifs et une méthodologie de travail, il planifie et organise un planning d’exécution de l’opération, avec les différents phasages des travaux.

Avant les travaux : il prépare l’installation du chantier en prévoyant les moyens matériels et humains à mettre en œuvre (au besoin, il réalise des calculs techniques de dimensionnement des matériels).

Sur le chantier : il intervient comme conseil au niveau de l’exécution (mission d’assistance technique).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X