Enjeux

Ibat veut faciliter les achats des chefs de chantier

Mots clés : Entreprise du BTP - Métier de la construction - Télécommunications

Cette plate-forme web de commande de matériaux promet de simplifier la tâche des professionnels du BTP.

Jusqu’à récemment, ce chef de chantier chez Demathieu Bard était du genre « allergique » à l’informatique. Pourtant, il s’est laissé convaincre en trente minutes par la plate-forme digitale de commande de matériaux de la start-up Ibat. Le temps d’assister à une démonstration, le 6 juin dernier, en présence de ses collègues du service achats. Le constructeur français s’apprête à déployer l’outil sur l’ensemble du territoire. « Nous déployons Ibat pour plusieurs raisons : économie de temps et d’argent, sécurisation, simplification… et parce que c’est un produit particulièrement bien adapté à notre ADN : les travaux », confie Anne Barbier, directrice des achats chez Demathieu Bard.

En la matière, Mélanie Lehoux, la fondatrice d’Ibat, sait de quoi elle parle. Cet ex-ingénieure travaux chez Eiffage a elle-même rencontré des difficultés à respecter les stratégies achats de sa direction. « Je ne disposais pas d’outils adaptés pour acheter sur catalogue et je devais traiter une montagne de paperasse, raconte-t-elle. Pas moins de 95 % des chefs de chantier passent commande par téléphone. Cela entraîne des erreurs de livraison, une lourdeur administrative et 3 % de surfacturation en moyenne. » Elle réfléchit alors à une application visant à faciliter et à sécuriser la commande de matériaux auprès de plusieurs fournisseurs. En 2015, elle tente une première fois de codévelopper le projet avec les équipes d’Eiffage. Sans succès. C’est donc avec l’aide de deux ingénieurs en informatique que Mélanie Lehoux a créé le site Ibat (www.ibat.biz). A partir des retours d’expériences d’une centaine de cibles, les trois entrepreneurs ont élaboré un outil intuitif et simple. Le chef de chantier renseigne les caractéristiques de son produit, l’application affiche le comparatif des offres fournisseurs sélectionnées par son entreprise et lui propose le meilleur rapport qualité-prix. « Nous ne sommes pas une centrale d’achats, prévient Mélanie Lehoux. Nous travaillons uniquement avec des fournisseurs déjà référencés par les entreprises. »

Ibat travaille uniquement avec des fournisseurs déjà référencés.

« Prise en main aussi rapide qu’une pelleteuse ». Pour gagner du temps, l’outil regroupe automatiquement le bon de commande, le bon de livraison et la facture, puis effectue une vérification automatique de chaque facture. Lancé à la fin 2016, le site promet de respecter des prix négociés, de diminuer de 50 % le travail comptable et d’augmenter, in fine , la productivité sur chantier. De sérieux arguments qui ont interpellé plusieurs entreprises du BTP. Gérard Corato, chef de chantier chez Habitat Solidaire, peut en témoigner : « La prise en main de cet outil a été aussi rapide que celle d’une nouvelle pelleteuse. Je n’ai plus besoin de chercher mes articles parmi les milliers de références affichées par mes fournisseurs. » Ibat a récemment signé un contrat avec le groupe de BTP SN Thomas & Danizan Midi-Pyrénées, l’industriel Fimurex et le constructeur Crespy. D’ici à 2018, la jeune pousse toulousaine espère réaliser un chiffre d’affaires de 1 million d’euros. Et elle ne compte pas s’arrêter à la fonction achats. Son offre sera complétée par de nouvelles applications de pointage des équipes travaux et d’optimisation de la gestion du chantier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

1 M€

1 M€ de chiffre d’affaires programmé en 2018.

9 collaborateurs.

3 % : le gain de marge nette promis par Ibat.

ENCADRE

Prometteuse - L'avis de l'expert

« Cette plate-forme Internet cible deux besoins essentiels des professionnels du BTP : sécuriser l’approvisionnement des chantiers et améliorer la rentabilité des projets.

Les bénéfices immédiats sont un gain de temps et d’argent. Le développement futur de la plate-forme permettrait, à terme, de gérer intégralement un chantier, à condition que les qualités intrinsèques de l’outil demeurent, à savoir la réactivité et la simplicité d’utilisation. »

Julien Sorba , associé chez BDO, cabinet d’audit, de conseil et d’expertise comptable.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X