Régions Var

Hyères soigne ses espaces publics

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Espace naturel - Logement social - Marché de l'immobilier

8

Nombre de parcs naturels régionaux en Paca après la création du parc de la Sainte-Baume le 21 décembre 2017.

+ 60 % de logements sociaux produits en Paca de 2014 à 2016, soit 30 384 (contre 20 000 de 2011 à 2013).CRHH.

81 % Part de professionnels optimistes quant au marché du logement dans le Sud-Est.

Tête de pont de l’offre touristique de la toute jeune métropole Toulon Provence Méditerranée, Hyères (Var) prend soin de son cadre de vie. Ses projets lui ont d’ailleurs valu des subventions du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur au titre du contrat régional d’équilibre territorial. La requalification des places Clemenceau et Denis, situées à l’est du centre historique, figure sur la liste des dossiers soutenus. Elle bénéficie d’une subvention de 2,7 millions d’euros sur un montant total de près de 10 millions d’euros.

Lauréat, à la fin 2016, de la consultation lancée par la commune, le groupement conduit par Artelia a terminé en décembre dernier les études d’une opération complexe organisée en trois tranches. La première vient de démarrer avec cinq des huit lots attribués aux entreprises. Elle comprend neuf phases de travaux pour réaliser le chantier en site occupé.

« Réparation urbaine ». Définie comme de la « réparation urbaine » par l’architecte Rudy Ricciotti, associé d’Artelia, elle consiste à créer de l’harmonie sur un terrain à ce jour asymétrique occupé par une place en marbre, un parking souterrain et un jardin. La densification du parc existant, la création d’om-brières sur deux des côtés de la place (2 x 450 m2 ), un travail fin de mise en lumière et, surtout, comme point d’accroche, la création sur le sol d’une rosace en marbre vert et blanc ainsi que d’une fontaine sèche sont les différentes propositions de l’équipe de maîtrise d’œuvre pour apporter vie et confort.

L’enjeu est aussi de faire le lien avec les rues adjacentes. C’est ainsi que s’explique le choix de pavés en porphyre, matériau déjà utilisé dans le centre historique. Un bassin de rétention de 1 200 m3 enterré sous le parc, au nord-est, la réfection des réseaux et la séparation des deux bassins versants sont les solutions préconisées pour traiter la question hydraulique, volet essentiel du projet sur un territoire soumis aux inondations et au ruissellement.

Le confortement de la dalle du parking, rendu nécessaire après la révélation de défaillances lors du diagnostic, est l’autre défi technique à relever. « Nous allons reprendre toutes les têtes des poteaux et créer une dalle en dessous de l’existante. Cela permettra de garder en fonctionnement le parking et de redresser la pente. Un jeu d’emmarchements dans la partie sud rattrapera en outre les niveaux », précise Michel Blanc, responsable adjoint d’Artelia Territoire Provence.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X