Régions

Hérault Les collèges HQE ne coûtent pas plus cher que les autres

Mots clés : Accessibilité - Démarche environnementale - Développement durable - Education - Haute Qualité Environnementale - HQE

Les collèges haute qualité environnementale (HQE) construits dans l’Hérault n’ont pas coûté plus cher que des collèges standards. C’est la (surprenante) conclusion d’une étude portant sur les cinq opérations HQE menées par le conseil général, entre 2002 et 2006 (1). Exprimés en euros 2007 et ramenés à la surface utile prévue dans le programme, les coûts des cinq collèges considérés s’écartent peu, en effet, de celui d’un collège de référence construit à la même période. Les différences, comprises entre – 3 % et 10 %, sont jugées « non significatives » et « pas obligatoirement imputables à la démarche HQE ». Des écarts plus substantiels (jusqu’à 24 %) apparaissent toutefois lorsque l’on ramène les coûts, non plus au m2 utile, mais au m2 shon. « Les architectes impliqués dans une démarche HQE ont optimisé les bâtiments, constate Hervé Cilia, directeur du pôle éducation et patrimoine. Ils n’ont pas construit de mètres carrés inutiles. »

Plus de confort

Pas plus chers à construire, les collèges HQE apparaissent beaucoup moins coûteux à entretenir. Les consommations énergétiques — à une exception près — chutent dans des proportions comprises entre 12 % et 34 % par rapport à celle du collège de référence. « A cela s’ajoutent des avantages plus difficiles à chiffrer mais attestés par les utilisateurs, comme le confort d’été, le confort acoustique ou le confort visuel », précise Jean-Pierre Quentin, directeur de l’exploitation au sein du pôle éducation et patrimoine. Ce bilan pourrait amener le conseil général à généraliser dans ses futurs programmes les dispositifs jugés les plus performants, comme les toitures végétalisées, la gestion automatisée de l’éclairage ou la ventilation double flux.

En matière énergétique, des objectifs de résultats seront désormais exigés. Le futur collège de Loupian, par exemple, affichera un niveau de consommation inférieur de 30 % à celui prescrit par la RT 2005.

Par ailleurs, le conseil général s’apprête à lancer un double audit du parc existant portant à la fois sur les performances énergétiques et l’accessibilité aux personnes handicapées.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
1) L’étude, confiée au cabinet Voxoa (Lyon), concerne les collèges de Villeneuve-lès-Maguelone, Lucie-Aubrac à Béziers, Alco à Montpellier et de Saint-André-de-Sangonis.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X