Régions

Hérault Belmonte ouvre une 18e agence

Mots clés : Entreprise du BTP

Belmonte, spécialiste du rabotage et du balayage routier, vient d’ajouter une dix-huitième agence à son réseau national. Cette entreprise basée à Mauguio, près de Montpellier, a racheté fin septembre la société Trax, à Amiens (Somme). L’opération lui apporte 4 millions d’euros de chiffre d’affaires supplémentaire et une présence renforcée dans le nord de la France.

L’entreprise héraultaise, qui s’apprête à ouvrir une nouvelle agence à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), cherche également à s’implanter « très rapidement » en Normandie et dans le centre de la France, deux régions où elle est encore absente.

Rachetée en 1997 par Philippe Deffins, un cadre issu du secteur de la collecte des déchets, Belmonte a su rapidement s’imposer auprès des majors du BTP. Dix ans de croissance continue l’ont hissée au premier rang français de sa spécialité. Son chiffre d’affaires est passé dans l’intervalle de 0,3 à 45 millions d’euros, son effectif de 4 à 320 salariés.

Priorité à la qualité

Ce développement a été nourri par un effort d’investissement soutenu (15 millions d’euros d’achat de matériel par an depuis huit ans), une présence commerciale auprès des clients et une priorité donnée à la qualité. « Toutes nos agences sont certifiées ISO 9 001, souligne Philippe Deffins. Nous sommes la seule entreprise du secteur dans ce cas. »

Bien implantée sur le territoire français, où elle estime détenir 40 % du marché, la société Belmonte s’intéresse aujourd’hui à la péninsule ibérique. Après avoir créé une première antenne à Gerone fin 2006, l’entreprise prévoit d’ouvrir quatre agences supplémentaires en Espagne en 2009 (Bilbao, Madrid, Valence, Séville) et deux au Portugal en 2010 (Porto et Lisbonne). La crise économique qui s’annonce ne freine pas les ambitions de Philippe Deffins. « Nous resterons offensifs, tant que les banques ne nous fermeront pas le robinet du crédit. Malheureusement, le niveau de la pression fiscale et sociale en France empêche une PME comme la nôtre de se recapitaliser avec ses seuls résultats. » Seul propriétaire, le dirigeant de Belmonte n’exclut pas d’ouvrir le capital de la société à des partenaires financiers pour poursuivre son développement. Mais reste décidé à préserver son indépendance.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X