Régions

HAUTS-DE-SEINE Logements et bureaux créés dans la fabrique de papiers de fantaisie à Montrouge

Mots clés : Politique du logement - Technique de construction

Arnaud Fougeras Lavergnolle reconvertit un bâtiment industriel

L’atelier d’architecture Arnaud Fougeras Lavergnolle vient de remporter l’un des prix du premier Palmarès des trophées de la réhabilitation 2003 (1) en créant 12 logements et 3 lots de bureaux dans une ancienne usine de Montrouge (Hauts-de-Seine), la « Fabrique de papiers de fantaisie ». D’où partait Arnaud Fougeras Lavergnolle ? D’un bâtiment industriel de 3 500 m2 sur 2 étages construit en 1911 par l’architecte Charles Lozouet. L’ossature en béton armé est remplie de briques de parements. Alternance de briques rouges et grises, larges ouvertures sur la façade, angles arrondis et soubassement en meulière : telles sont les caractéristiques du bâtiment. Sur la cour : des appentis, une verrière, un bâtiment en tôle et un immeuble en béton où s’effectuait tout le processus de traitement du papier.

« Nous avons d’abord procédé à une série d’études de faisabilité, premier travail pour la SCI Bresis, maître d’ouvrage. Le POS était contraignant pour cet immeuble disposé sur un terrain trapézoïdal avec des fonds voisins difficiles à traiter », explique Arnaud Fougeras Lavergnolle. Ensuite, démolition des constructions sur cour, sauf le bâtiment où l’on traitait le papier, transformé en maisons de ville. Un atout : la solidité de l’ossature en béton du bâtiment de Lozouet doté de planchers industriels à caisson. L’atelier d’architectes a recouru à l’ingénieur Robert Lourdin pour reconsidérer toute la stabilité de l’ensemble. Le chantier a duré de 1998 à 2001. Arnaud Fougeras Lavergnolle a travaillé sur les volumes, sur la lumière (ouvertures percées sur la façade dans le respect de l’existant, pavés de verre), sur la façade avec un matériau rouge sans amiante, le minéralis, et enfin sur les éléments séparatifs pour les villas sur cour. Coût des travaux : 2,13 millions d’euros.

(1) Catégorie «création de logement dans des immeubles existants». La coordination et les jurys de ces trophées ont été assurés par l’Union régionale des CAUE d’Ile-de-France.

PHOTO :

La fabrique restructurée abrite : au rez-de-chaussée, un appartement de 100 m2 et 3 bureaux ; au 1er étage, 4 logements (150 m2 chacun) avec mezzanine; au 2e étage, 3 triplex; et sur cour, 4 villas (80 à 300 m2) issues du bâtiment industriel.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X