Régions

Hauts-de-Seine Budget 2008 : le conseil général maintient son effort d’investissement

Mots clés : Espace naturel - Finances locales - Services urbains - Transport collectif urbain

Le budget primitif 2008 du conseil général des Hauts-de-Seine, voté le 11 avril, atteint 1,735 milliard d’euros (hors dette). Les dépenses de fonctionnement, en intégrant les transferts de personnel, s’élèvent à 1,273 milliard, ( 6,13 %). Les dépenses d’investissement, dotées de 461,15 millions, se maintiennent à leur niveau de 2007. Premier poste d’investissement, les établissements scolaires bénéficient, avec 104 millions d’euros, d’une dotation équivalente à celle de l’an dernier : 16,71 millions sont affectés aux travaux de sécurité, maintenance et grosses réparations et 39,78 millions à l’achèvement des opérations en cours. Trois collèges neufs seront livrés cette année à Levallois, Bois-Colombes et Colombes.

30 millions pour les tramways

Les transports mobilisent 66,82 millions en investissement ( 6%). Sur cette enveloppe, 30,17 millions sont consacrés aux travaux liés aux lignes de tramway (T1, T2 et T8) et 29,43 millions aux travaux de transport hors tramway, en particulier les lignes de métro n° 4 et n°13 et la reconstruction de la gare de Nanterre-Université. En fonctionnement, la contribution des Hauts-de-Seine au Syndicat des transports d’Ile-de-France atteint 83,13 millions d’euros.

La voirie bénéficie de 56,75 millions, dont 32,12 millions pour les infrastructures routières, auxquels s’ajoutent 10,61 millions en crédits de fonctionnement (8,70 millions pour l’entretien des routes). Avec 56,38 millions, le secteur de l’habitat et du logement enregistre une baisse des crédits de 11 %. Par ailleurs, 40 millions sont alloués au Pacte 92 (rénovation du patrimoine social ancien). Dotée de 53 millions, la politique de l’environnement est axée sur la préservation des espaces naturels sensibles, la réalisation d’une trame verte départementale et la gestion durable des eaux pluviales.

Stabilité des taux de la fiscalité directe

Pour la cinquième année consécutive, le budget se caractérise par une stabilité des taux de la fiscalité directe. Le recours à l’emprunt, à 200 millions d’euros, reste stable également. « Seulement la moitié devrait être réalisée grâce à une gestion très fine de trésorerie. Nous finançons seulement le quart de nos investissements par l’emprunt, le reste par autofinancement », explique Jean-Claude Caron, vice-président chargé des finances. Cette bonne santé financière vaut au conseil général des Hauts-de-Seine d’obtenir à nouveau le classement AAA de l’agence de notation Standard and Poor’s.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X