Régions

Hautes-Alpes Ocre se lance avec passion dans l’habitat éco-durable

Mots clés : Efficacité énergétique - Réglementation technique

«Je fais partie de ces originaux qui veulent sauver la planète », affirme en souriant Jean-Michel Elzéard. Issu d’une famille de professionnels de l’immobilier installée dans les Hautes-Alpes depuis trois générations, ce quadra n’a pas hésité, il y a deux ans, à céder son réseau d’agences immobilières (une vingtaine dans le département) pour se lancer avec passion dans « la construction saine et raisonnée ». Devenu « promoteur artisanal », le dirigeant de la société Ocre vient de livrer à Baratier, près d’Embrun, une opération remarquée de 30 logements « éco-durables ».

Economies d’énergie. Conçu sur trois niveaux par l’architecte Jean-Pierre Echevet, ce programme s’articule autour de deux corps de bâtiment formant un arc de cercle. Réalisée en béton, la structure de l’édifice supporte de larges coursives ouvertes et une cascade de toits en bardeaux de mélèze. Ce bois local est également utilisé sous sa forme brute et non lasurée en bardage posé horizontalement sur les façades.

L’opération des Jardins de lumière se distingue particulièrement par les performances énergétiques et thermiques du bâti. Si la façade nord est isolée par l’extérieur, les autres façades sont enveloppées d’une seconde peau de 40 mm en fibre de bois qui vient compléter l’isolation intérieure et permet de traiter les ponts thermiques. Jean-Michel Elzéard est également très attentif aux économies d’énergie et d’eau. Parmi les options retenues par le promoteur, on peut citer l’utilisation d’ampoules à basse consommation pour les coursives, la présence d’émousseurs dans les salles de bain, la réduction des champs magnétiques dans les chambres ou encore l’irrigation gravitaire des jardins par récupération d’eau souterraine, etc.

Un prototype. « Ce programme constitue un prototype. Je vais développer le concept des Jardins de Lumière à travers plusieurs projets lancés en 2008 et 2009 à la Bâtie Neuve, Forcalquier, Embrun et Gréoux-les-Bains », affirme Jean-Michel Elzéard.

Ces opérations nouvelles, qui concernent la réalisation de maisons individuelles et de petits immeubles collectifs à énergie positive, devraient être commercialisées avec un surcoût de construction inférieur à 3 % par rapport au prix du marché. Chaque programme intégrera notamment un quota de 20 % de logements à loyer maîtrisé selon le dispositif Borloo.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X