Régions

HAUTE-NORMANDIE La Capeb veut attirer la main-d’oeuvre féminine

Sur une initiative de la Capeb Haute-Normandie, et à l’occasion de la journée internationale de la femme, un débat théâtral baptisé « Femmes des années BTP » était organisé le 8 mars au centre Voltaire, de Déville-lès-Rouen. Objectif : attirer les femmes vers les métiers du bâtiment. « Nous avons invité les institutions, les entrepreneurs artisans et leurs conjoints, mais aussi les demandeurs d’emploi via l’ANPE, dans le but de terrasser les a priori », explique Gabriel Desgrouas, président régional de la Capeb et entrepreneur de peinture.

Comme ailleurs, la Haute-Normandie manque de main-d’oeuvre dans le BTP. Cela sera criant dans les cinq années à venir, avec plus de 60 % de plombiers partant à la retraite et plus de 50 % des effectifs âgés de 50 ans et plus. Une enquête menée auprès de 1 300 entreprises artisanales par Sophie Vialatte, chargée de mission de la Capeb, révèle que 75 % d’entre elles seraient prêtes à accueillir des salariées féminines. « Ce pourcentage aurait été trois fois inférieur il y a peu », souligne Michel Abdou, vice-président de la Capeb.

Dans les entreprises de BTP de Haute-Normandie, 9 % des effectifs sont féminins, services administratifs compris. Ce taux tombe entre 3 et 4 % dans les métiers techniques. « Il existe encore des freins socioculturels à l’embauche de femmes, malgré le succès auprès des filles dans les écoles de l’opération artisans messagers », reconnaît Sophie Vialatte.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X