Régions

HAUT-RHIN Les villes de Thann et Cernay consolident leur partenariat

Mots clés : Eau - Tourisme

Second contrat « Ville moyenne » avec la région

Face aux pays de Colmar et de Mulhouse, le couple Thann-Cernay forme le noyau d’une nouvelle entité territoriale susceptible de fédérer le sud-ouest du Haut-Rhin. Signé à la fin 2003 par les deux villes et le conseil régional, le second contrat ville moyenne accélérera ce processus.

L’aménagement des deux places centrales de Thann et Cernay donne le ton du contrat « ville moyenne », qui associe les deux villes au conseil régional jusqu’en 2006. Les deux éternelles rivales du piémont des Vosges, à l’entrée de la vallée de la Thur, administrées par des maires de sensibilité politique différente, ont su mettre en place une dynamique conjointe à partir de 1995, grâce à la politique des villes moyennes pilotée par la région. Celle-ci apporte une enveloppe de 2,3 millions d’euros dans le 2e contrat signé à la fin de l’année dernière (voir projets page 141). Au total, les 20 projets soutenus mobiliseront 20,8 millions d’euros.

Renforcer l’attractivité

Les chantiers des deux places répondent à la même volonté de la région : renforcer l’attractivité des villes moyennes au-delà des limites de leur territoire. « Au-delà des places, le contrat contribue au remodelage des systèmes urbains », insiste Pascale Fouchs, chargée des contrats ville moyenne à la direction de l’aménagement du territoire de la région. A Cernay, l’embellissement de la place de l’église prolonge la requalification de sa liaison avec l’espace culturel Grün, dont la réalisation s’est inscrite dans la même politique régionale, pendant le précédent mandat municipal. Pour rendre possible la disparition du parking devant la collégiale de Thann, édifice majeur de l’art gothique rhénan, une nouvelle offre de stationnement se développera dans la ZAC Saint-Jacques, dont la réalisation bénéficie également du contrat.

A Thann comme à Cernay, la région profite de ce dernier pour contribuer à l’attractivité des gares et de leurs abords, dans la perspective de l’arrivée du tram-train. L’accord de la région et des deux villes s’est également noué autour du renouvellement des quartiers sensibles : Bel-Air à Cernay, Schumann et Vergers à Thann. Les deux voisines mettent en commun leur potentiel touristique : l’entretien de la collégiale de Thann figure au contrat, de même que la réalisation du Centre d’interprétation du patrimoine de Cernay, dont les collections et les expositions compléteront la visite du Hartmannswillerkopf, un des sites majeurs du tourisme militaire de la Première Guerre mondiale.

Désormais, l’habitude du travail conjoint dépasse le cadre du contrat « ville moyenne », grâce aux outils mobilisés par les deux maires dans les domaines de l’aménagement et du logement : la société d’équipement du sud de l’Alsace (Sesa), née de la fusion de deux anciennes structures, et la société d’HLM Habitat familial d’Alsace.

Logement et aménagement : des outils partagés

Thann et Cernay affichent également leur solidarité dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et des déchets : « Les crues de janvier dernier nous ont donné l’occasion de vérifier l’utilité de l’interconnexion de nos réseaux d’eau, que nous avons réalisée en 2003 », se réjouit Jean-Paul Baeumler, maire de Thann. Evalué à 7,3 millions d’euros, le projet de raccordement des eaux usées de Thann sur la station d’épuration de Cernay reflète le même état d’esprit. A l’échelle du quart sud-ouest du Haut-Rhin, le projet d’incinérateur conduit par Michel Sordi, maire de Cernay, en sa qualité de président du syndicat mixte du secteur 4, bénéficie également du soutien de son collègue de Thann, malgré les pressions inverses exercées par des associations écologistes. L’appel d’offres sur performance devrait aboutir avant la fin de ce mois à l’attribution du marché de 65 millions d’euros à mettre en oeuvre à Aspach-le-Haut.

L’inscription du duo Thann-Cernay dans une stratégie conjointe d’aménagement du territoire a trouvé son illustration la plus récente le 17 janvier, lors de la création du syndicat mixte du pays Thur et Doller, présidé par Jean-Pierre Baeumler. Respectivement centrées autour de Thann, Cernay, Masevaux et Saint-Amarin, quatre communautés de commune représentant 63 000 habitants, ont décidé de réaliser ensemble leur schéma de cohérence territoriale.

Fiche technique

Thann : 8145 habitants

Communauté de communes de Thann et environs : 23 000 habitants

Cernay : 10 650 habitants

Communauté de communes de Cernay et environs : 15 700 habitants.

PHOTOS :

« Issues de la même histoire industrielle, nos deux villes doivent se tourner ensemble vers l’avenir.»

Jean-Paul Baeumler, maire de Thann

«Nos deux villes sont trop proches pour

ne pas connaître de problèmes communs, notamment l’habitat et la circulation.»

Michel Sordi, maire de Cernay

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X