Régions

Haut-Rhin Air Technique franco-suisse passe du gaz au soleil

Mots clés : Energie renouvelable - Gaz

Air Technique franco-suisse amorce en 2008 sa deuxième révolution technique en 43 ans d’existence. Créateur de la marque Sunflower en 1975, le chauffagiste de Habsheim reste fidèle au credo qu’il avait adopté alors : « Rien n’est plus facile à chauffer que l’air », se plaît à rappeler Marcel Naas, gérant de la SARL de dix salariés, depuis sa création en 1964.

Economie et confort. Depuis plus de 30 ans, la PME, qui dispose de trois ateliers – deux à Habsheim, un à Burnhaupt – applique cette idée en s’appuyant sur des générateurs fonctionnant au gaz naturel ou au propane. Le soleil prend le relais en 2008. Dès cet automne, l’entrepreneur teste l’absorption de l’énergie solaire par des films plastiques appliqués sur des panneaux de tôle ondulée, reliés à des caissons motorisés qui accumulent la chaleur en épousant la course du soleil. Marcel Naas prévoit l’engagement d’une procédure de brevet, pour protéger cette invention. En aval du caisson, le rayonnement de la chaleur et le recyclage de l’air passent par des tubes en spirale de gros diamètre, fabriqués par le spécialiste de la tôlerie industrielle à l’aide de deux machines capables de débiter jusqu’à 600 m à l’heure. « Je réfléchis au solaire depuis dix ans, en regardant les installations fonctionner en Allemagne ou au Canada. La France n’a pas cessé d’accumuler du retard, à cause de l’énergie à bon marché », analyse l’entrepreneur.

Depuis le premier choc pétrolier, Sunflower a accumulé plus de 300 références, dans sa version gaz. En Alsace et Franche-Comté, les sites industriels d’Alstom, de la Société alsacienne de construction mécanique, des mines de potasse d’Alsace, et plus récemment l’implantation et les extensions d’Endress et Hausser à Cernay (Haut-Rhin) ont assuré le succès de la technique. Dans le grand Est et même jusqu’à Paris, Nantes et Argentan, Air Technique franco-suisse a équipé de nombreux gymnases et halls d’exposition. Les récentes références militaires quadrillent l’Hexagone, de Gien à Laon, Compiègne, Tour Chaumont et Saint-Denis. « Aucun client n’a jamais émis de réserve », affirme l’entrepreneur, qui produit des dizaines de courriers de félicitations, avec toujours les mêmes arguments : économies de factures énergétiques et de maintenance, confort des utilisateurs.

Assisté par ses trois fils Olivier (cogérant), Arnaud et Hervé, Marcel Naas compte sur le rééquipement des gymnases qu’il a réalisés depuis 30 ans pour assurer le décollage de la version solaire de Sunflower.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X