Régions

Habitat durable La basse consommation fédère les bailleurs sociaux

Mots clés : Collectivités locales - Efficacité énergétique - Logement social - Politique du logement

Le guide d’analyse de la qualité environnementale du bâtiment de l’Union sociale pour l’habitat de Bourgogne s’impose comme l’outil des bailleurs sociaux de l’agglomération dijonnaise. Il évalue l’empreinte écologique et sociale des projets de construction neuve et de réhabilitation, par un système de notation. « L’enjeu est de qualifier tous les intervenants », expose Marie Ordas-Monnot, directrice de Scic Habitat Bourgogne-Champagne. Comme les 11 autres organismes HLM de Bourgogne, ce bailleur a participé à la rédaction du guide. « Cet outil permet de partager les surcoûts », affirme Jean-Claude Girard, directeur de l’Opac de Dijon. Le GIE d’assistance à maîtrise d’ouvrage, constitué entre l’Opac, Le Foyer dijonnais (groupe Cilco) et la coopérative immobilière Le Toit Dijonnais, interviendra en amont des équipes techniques des opérateurs.

Effet levier des appels à projets

Les programmes neufs affichent aujourd’hui une performance de 20 % en dessous de la réglementation thermique 2005. Par les subventions qu’ils apportent, les appels à projets du conseil régional placent la barre à 60 kWh/m2.an. Courant 2009, l’Opac lance cinq opérations de 250 logements à basse consommation d’énergie. Le Foyer dijonnais fera ses ­armes sur le site de l’ancien collège Epirey. Françoise-Hélène Jourda et Elithis travaillent sur un programme de 150 logements avec un objectif thermique moitié ­moindre. Fort de son expérience de Saint-Jean-des-Jardins à Chalon-sur-Saône, lauréat du programme Villa urbaine durable, Scic Habitat construira 121 logements collectifs dans le quartier ­Hyacinthe-Vincent, premier écoquartier de Dijon. La SNI Nord-Est aménage ce site de 530 logements. « Il est conçu comme un quartier du ­centre-ville avec des stationnements souterrains à la périphérie et dans la rue », dit Pascal Biechele, responsable du service développement. L’usage des surfaces en enrobés est limité aux véhicules de collecte des ordures ménagères et aux pompiers. Un cahier de prescriptions architecturales et paysagères, inspiré du référentiel de l’Union sociale pour l’habitat, accompagnera l’acte de vente des lots, pour moitié réservés au logement social. La société d’économie mixte d’aménagement de l’agglomération dijonnaise compte aussi réaliser un écoquartier sur l’emprise restante de la caserne ­Heudelet.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X