Régions Haut-Rhin

Guebwiller, prête à redonner vie à ses friches

« Réaffirmer le rôle de Guebwiller comme ville-centre entre Colmar et Mulhouse », tel est l’objectif que fixe le maire Francis Kleitz au plan local d’urbanisme (PLU) approuvé en décembre dernier. Le document succède à un plan d’occupation des sols vieux de trente-cinq ans, « qui n’a été modifié qu’à la marge, alors que nous avons un besoin impérieux de transformations pour regagner en attractivité », poursuit l’élu de cette commune de 11 500 habitants.

Le PLU va notamment débloquer la reconversion des friches industrielles. La municipalité souhaite la rendre compatible avec le maintien des derniers pans de la riche histoire textile locale. Le site-test retenu est le haut de ville, soit 6 ha encore occupés en partie par l’entreprise NSC Schlumberger. La Ville veut y faire cohabiter des activités urbaines (logements, équipements). Avant de définir des projets précis au cours de l’année, elle nourrit sa réflexion de la vision de jeunes architectes européens grâce à la sélection du site dans le dernier programme Europan, consacré à la « ville productive ». Les trois équipes désignées lauréates en décembre dernier proposent chacune, à leur manière, l’insertion de jardins et espaces verts et d’activités économiques complémentaires : formation, recyclage, recherche sur le biosourcé…

Construire de grands logements. A proximité, le chantier de la nouvelle gendarmerie et de ses 24 logements a démarré en octobre (gros œuvre : Mader), après le concours d’architecture remporté par KWA (Kauffmann – Wassmer) associé à LPAA (Loïc Picquet). L’opération se monte à 6,8 millions d’euros TTC et sera livrée dans un an. Quant au site actuellement occupé par les gendarmes, il sera réinvesti par un nouveau pôle scolaire pour un coût travaux de 3,5 millions (appels d’offres en cours).

Derrière la mairie, un mail piéton et paysager, un parking d’environ 190 places et 5 000 m2 de logements et commerces/ restauration répartis entre deux bâtiments succéderont à la friche Cartorhin, dans le cadre d’une concession d’aménagement de la société publique locale Citivia SPL. Le PLU voit sa feuille de route complétée par la poursuite des réaménagements du centre-ville autour des modes doux – après les 3 millions d’euros engagés de 2014 à 2017 pour la rue de la République et la place de l’hôtel de ville -, la réhabilitation de l’habitat ainsi que la construction de 50 logements par an pendant vingt ans avec une focalisation sur ceux de grande dimension.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X