Régions

Grenoble Des investissements soutenus

Mots clés : Politique de la ville - Rénovation urbaine

Le budget primitif 2008 de la ville de Grenoble est de 312 millions d’euros ( 2 %) dont 56 millions d’investissement, en légère hausse. « Il se situe dans la continuité de notre politique : redressement budgétaire, maintien et renforcement des services publics pour les Grenoblois, augmentation de l’investissement sur le patrimoine municipal », souligne Annie Deschamps, première adjointe en charge des finances. Plusieurs chantiers s’achèveront en 2008 (école Lucie-Aubrac, plan écoles et restaurants scolaires, réhabilitation des quartiers anciens dans le centre-ville), et d’autres se poursuivront sur le long terme.

En matière de développement social urbain (DSU), 3,3 millions sont fléchés en direction du quartier Teisseire avec le lancement d’un parc signé par Philippe Panerai. L’extension du parc Paul-Mistral absorbe 1,2 million, tandis que la ville maintient ses efforts d’investissement dans l’Opatb et le ravalement des façades sur le centre-ville et les grands boulevards (600 000 euros), et poursuit l’accessibilité de la gare basse du téléphérique avec un projet piétonnier vers le jardin de ville (560 000 euros).

Plusieurs démarrages de chantiers d’envergure sont programmés : la salle de musiques actuelles sur la ZAC Bouchayer-Viallet (435 000 euros), trois espaces petite enfance (1,1 million), la construction d’une cuisine centrale. Et, enfin, le lancement de la réhabilitation du Conservatoire national de musique de région (2,3 millions), construit il y a quarante ans pour les jeux Olympiques de 1968.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X