Régions

Gironde Les zones portuaires bordelaises attirent les investissements

Mots clés : Transport maritime

Malgré une estimation de trafic mesurée pour 2008 (8,4 millions de tonnes), le Port autonome de Bordeaux (PAB) va connaître un fort taux d’investissement dès cette année. Ainsi, 12 millions d’euros sont inscrits au budget de l’établissement portuaire afin de poursuivre sa modernisation, d’améliorer l’accueil des navires, de lancer la construction de son nouveau siège et restaurant d’entreprise mi-2008 et de contribuer à l’aménagement des bassins à flot (travaux sur les ponts tournants et pont du Pertuis).

En parallèle, les investissements privés se bousculent. Un signe de dynamisme dont le port compte profiter en termes de volume de trafic. Désormais opérationnelle, l’unité de diester de Bassens a mobilisé 70 millions d’euros, en 2007, de la part de Diester industrie et Saipol, deux filiales de la société Sofiprotéol lancées sur le marché des carburants « verts ».

Filières émergentes

De son côté, Sea-Invest Bordeaux reste un investisseur fidèle à Bassens (19 millions d’euros injectés cette année). Neuf nouvelles cuves de réception d’éthanol pour l’unité de diester viennent d’être livrées. Un hangar à engrais de 18 000 m2 est en cours de réhabilitation, alors que la réalisation d’un autre magasin de 6 000 m2 est programmée. La société Michelin projette également des investissements sur son site, ainsi que Foresa qui prévoit la construction d’un bac de 7 000 m3 dédié au méthanol, pour 2009.

L’activité granulats est en passe de prendre un nouveau tournant pour répondre à une pénurie persistante. Le PAB a passé une convention de réservation avec la société SPBL-Letierce pour un espace destiné au stockage du matériau.

Un autre projet est en cours d’études avec un opérateur du BTP. Il porte également sur un trafic de 300 000 t. D’autre part, le site de Grattequina fait l’objet d’un appel à projets du port pour développer cette filière.

Autre filière émergente : la constitution d’un pôle de démantèlement des navires. Déjà, une convention de réservation de terrain est passée avec Veolia Propreté. Philippe Deiss, directeur général du PAB y voit l’opportunité d’une nouvelle filière débouchant sur de nouveaux trafics.

A Ambès, Entrepôt Pétrolier de la Gironde (EPG) concrétisera deux projets, en 2009, pour 10 millions d’euros. A Pauillac, Compagnie Industrielle Maritime a racheté l’ancien site Shell et y investira 40 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X