Régions

GIRONDE L’A380 par la mer, le fleuve et la route vers Toulouse

Mots clés : Réseau routier - Transport aérien - Transport fluvial - Transport maritime

Première livraison des pièces du gros porteur

Le programme de réalisation de l’avion gros porteur lancé en décembre 2000 par Airbus et le concept multimodal qui en découle entrent en phase opérationnelle. Les quinze usines européennes et françaises sont en production pour que les tronçons de l’A380 soient acheminés vers les sites logistiques de Broughton (Grande-Bretagne), Hambourg (Allemagne), Cadix (Espagne) et Saint-Nazaire pour rejoindre Toulouse d’abord par le fleuve et la route. L’avionneur, qui affiche 129 commandes fermes dont une première livraison au printemps 2006 pour la compagnie Singapore Airlines, a respecté son calendrier.

Une station de transfert flottante

Le 25 mars, de Saint-Nazaire, partiront les premiers colis à bord du navire roulier de l’armement Dreyfus pour un voyage à destination de Pauillac (Gironde). Sur ce terminal portuaire l’appontement est réhabilité et un poste d’amarrage «roll-on roll-off» est créé pour une enveloppe de 3,12 millions d’euros dont 50 % sont financés par le port autonome de Bordeaux, maître d’ouvrage et maître d’oeuvre de l’opération. Une station de transfert flottante de 150 m de long sur 35m de large est positionnée et permet le déchargement des six éléments (trois sections de fuselage, deux ailes, un empennage arrière) par roulage. C’est ce principe de «roll-on roll-off» qui préside à toutes les manutentions. Autour du 26 mars, le premier transfert sera opéré à bord du Breuil, la barge fluviale exploitée par Socatra. L’armateur bordelais attend la livraison d’un second bâtiment, le Brion, courant octobre. Le Breuil qui depuis trois semaines effectue des tests de navigation sur la Garonne, convoiera deux éléments de fuselage jusqu’à Langon. Le parcours fluvial de 95 kilomètres nécessite huit heures dont quatre entre Pauillac et Bordeaux. Airbus prévoit une rotation de quatre voyages par semaine pour acheminer un avion entier.

Le trajet emprunte un passage délicat sous le pont de Pierre (voir ci-dessous) à Bordeaux.

Un premier avion terminé en mai

Au terme du voyage fluvial, la barge sera accueillie dans la nouvelle installation portuaire de Langon. Le site propose un quai d’attente, un bassin élévateur trapézoïdal accessible par un sas d’entrée que surplombe un bâtiment sur pilotis commandant la fermeture et l’ouverture des portes du bassin, les pompes de remplissage et de vidange. Cette opération de 7,5 millions d’euros dont la maîtrise d’oeuvre a été confiée au port autonome, mandataire, associé à Sogréah, est propriété d’Airbus. Les premiers tronçons transportés par la barge, roulés sur le quai de déchargement seront transférés par véhicule autoporteur 500m plus loin, sur l’aire spécifique qui permet la constitution des convois routiers. Le 5 avril, le premier convoi utilisera l’itinéraire à très grand gabarit sur les 240 kilomètres restant à parcourir jusqu’à l’usine d’assemblage final de Toulouse. L’ITGG, qui traverse quatre départements, a été qualifié d’infrastructure d’intérêt national. L’investissement global qui s’élève à 171 millions d’euros se répartit entre l’Etat (43 %) et Airbus (57 %). L’acheminement nécessite 3 nuits. Ainsi, le 8 avril, les colis seront réceptionnés sur le site d’Aéroconstellation, prêts à être assemblés. Un premier avion sera terminé en mai, un second en juin et sept d’ici à la fin 2004.

CARTE ET TRACE : Le trajet de l’Airbus A380

Le 5 avril, le premier convoi utilisera l’itinéraire à très grand gabarit sur les 240 kilomètres restant à parcourir jusqu’à l’usine d’assemblage final de Toulouse.

ENCADRE

Les travaux de protection du pont de Pierre vont démarrer

Trois appels d’offres ont été nécessaires. Les premières études financières ont été longuement discutées par les entreprises. Et c’est finalement une seule arche, la 9, du pont de Pierre qui sera protégée au moins dans un premier temps. La maîtrise d’oeuvre est dévolue à Ingerop alors que le port assure pour le compte de l’Etat, la maîtrise d’ouvrage. Le marché de 4,4 millions d’euros (HT) a été signé il y a deux mois avec le groupement d’entreprises EMCC (mandataire) et Balineau SA. Il prévoit une tranche conditionnelle de 3,5 millions d’euros. Le chantier démarrera mi-avril et devrait être livré fin juillet. Les barges qui transporteront les pièces de l’Airbus passeront donc une dizaine de fois sous le pont de Pierre non protégé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X