Logistique

Gestion des déchets Des « reverse logistics » à imaginer

Mots clés : Distribution - Gestion de l'entreprise - Gestion des chantiers - Gestion des déchets

Quel rôle joueront les négociants dans les filières de recyclage promues par les projets de loi Grenelle I et II ? Comment interviendront-ils dans les organisations logistiques à mettre en œuvre ? Quelques pistes de réflexion et débuts de réponse.

Votée par l’Assemblée nationale le 21 octobre, la loi Grenelle I entérine deux obligations sur le thème des déchets BTP : le diagnostic préalable à la déconstruction de bâtiments et l’application par les conseils généraux de plans départementaux de gestion des déchets. Confirmés dans l’avant-projet de loi Grenelle II qui définira leurs modalités pratiques, ces deux engagements sont complétés par une volonté de limiter la capacité des centres de stockage des déchets du secteur d’ici le 1er juillet 2012. Convergentes, ces trois mesures auront pour conséquences de réduire les mises en décharge et d’augmenter l’utilisation des matériaux recyclés. Partant, elles nécessiteront la mise en œuvre d’organisations adaptées dites « logistique de retour » ou « reverse logistics » à l’image de celles mises en œuvre dans le secteur des pneumatiques (réseau Aliapur) ou des équipements électriques et électroniques.

Organisations collectives

Deux exemples où les industriels ont vu leur responsabilité élargie jusqu’à la fin de vie de leurs produits et ont participé à la mise en œuvre d’organisations collectives faisant intervenir, au sein d’éco-organismes, distributeurs et clients finaux. Dans le cas des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE) par exemple, quatre éco-organismes agréés par les pouvoirs publics ont ainsi vu le jour : Ecologic, Eco-systèmes et ERP pour tous les DEEE ménagers hors lampes, et Récylum pour les lampes usagées (lire page 17). Ces derniers ont pour missions de coordonner les différentes étapes de la collecte au recyclage, leur financement étant supporté collégialement avec une quote-part plus importante des producteurs et des clients finaux via les prix d’achat.

L’électricité a pris de l’avance

Depuis le 15 novembre 2006, les négociants sont...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 305 du 20/11/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X