Architecture et urbanisme

Géographie et paysage Un ancrage dans l’environnement

L’île Seguin appartient à la géographie de la vallée de la Seine et des coteaux de Meudon. « Plus on monte, plus les paysages changent. Nous avons voulu faire prendre conscience de cette variété des points de vue en mettant en place un dispositif qui répartit les masses bâties en relation avec les éléments forts du paysage », explique David Fagart, architecte chez AJN. Le paysage de l’île, confié à Michel Desvigne, s’organise en une succession de strates horizontales. Chacune d’elle relie l’île à son environnement : la Seine, le quartier du Trapèze, les coteaux de Meudon et à plus grande échelle, le Grand Paris. La première strate, dite ripisylve, s’étend le long des berges basses où sera créée une promenade piétonne continue de plus de 2 km. La seconde se situe au niveau du socle qui accueille le grand jardin central (400 m de long sur 35 m de large), couvert d’une verrière coulissante, et les esplanades arborées au débouché des ponts. Le troisième niveau est constitué par la toiture largement plantée de la base bâtie. Enfin, la dernière strate correspond aux jardins suspendus des « châteaux ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X