[TO] Règles techniques

Génie civil Soixante palmiers métalliques sur un pont

Mots clés : Services urbains - Transport collectif urbain - Transport ferroviaire - Travail - Verre

La future plus grande gare de Lisbonne.

Edifice particulièrement remarquable sur le site de l’Expo’98 du Portugal, la gare multimodale de l’Orient crée une forêt de palmiers métalliques le long d’un tracé ferroviaire existant. Ce dernier est élargi pour l’occasion, et assorti de connexions avec le métro et les lignes de bus de la ville. Relié au terminus de Santa Apolonia, il traversera aussi le Tage par la voie en cours de lançage sous le tablier du pont du 25-Avril.

Habituellement appréhendée comme un bâtiment, la gare est ici assimilable à un pont. « Le terrain est mauvais, et la ligne existante était construite sur un remblai, à 20 m au-dessus du niveau du Tage, indique Francisco de Castro, architecte, directeur du projet (maître d’oeuvre). Afin de créer des axes routiers transversaux en direction du fleuve, nous avons donc fait disparaître 380 m de remblai, pour bâtir un pont de 240 m, appuyé contre un immeuble de bureaux, le tout surmonté des voies. Sur le côté, l’ensemble se voit adjoindre une gare routière. »

Ce pont de 80 m de large est constitué de cinq voûtes en béton de 50 m d’ouverture, elles-mêmes réalisées avec douze arches parallèles chacune. Cette structure est fondée sur des pieux qui descendent jusqu’à 20 ou 30 m de profondeur, de façon à s’affranchir des tassements différentiels.

Toujours dans l’esprit « génie-civiliste », les quais sont ouverts à tout vent. Ils sont simplement protégés par une couverture en verre, dont la structure porteuse se compose de quatre rangées de quinze poteaux en acier, épanouis en tête comme des parapluies retournés, mais censés représenter des palmiers, dont les « troncs » accueillent les descentes d’eaux pluviales. Chaque élément pèse 45 t, pour une hauteur de 25 m. Une transparence verticale est créée pour éclairer le métro depuis les quais supérieurs, par l’intermédiaire de puits de lumière fermés par des pavés de verre.

FICHE TECHNIQUE

Maître d’ouvrage et maître d’oeuvre : Estaçao do Oriente (CP, Metro de Lisboa, Parque Expo’98 SA)

Architecte : Santiago Calatrava Vals

Entreprises : Cubiertas, Somague, Soconstrois, AS Silva, Bento Pedroso Construcçoes

Coût : 1 milliard de francs.

Quatre rangées de quinze poteaux en acier censés représenter des palmiers, dont les « troncs » accueillent les descentes d’eaux pluviales.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X