Architecture Béton

Galop d’essai réussi pour la préfabrication

Mots clés : Béton - Technique de construction

Les 800 gradins de la tribune redessinée du Jockey Club de Longchamp ont été réalisés sur mesure et en un temps record.

Deux ans de travaux. C’est le temps qu’il a fallu au nouvel hippodrome de Longchamp pour sortir de terre. Bientôt livré, avec une ouverture au public prévue pour avril 2018, cet ouvrage multiple s’étale sur un périmètre d’intervention de quelque 11 ha ! Côté constructions neuves, outre trois pavillons, des écuries, un manège et un restaurant, un édifice attire tous les regards : la tribune du Jockey Club. Longue de 160 m et haute de 31 m, elle pourra accueillir pas moins de 10 000 spectateurs assis. D’une superficie de 34 000 m2 , elle se substitue aux deux anciennes tribunes qui couvraient un total de 71 000 m2 .

« L’objectif du maître d’ouvrage était de se doter d’un bâtiment plus économe en énergie, plus rentable dans son utilisation et pourvu d’une structure plus légère. Avec la possibilité, en cas de besoin, d’installer à ses côtés une tribune éphémère », explique Tony Dos Santos, responsable de production chez Bouygues Bâtiment Ile-de-France, l’entreprise générale qui orchestre les travaux.

La force du projet repose aussi dans son dessin, voulu « en mouvement, à l’image d’un pur-sang au galop » par son architecte, Dominique Perrault. Clou de ce geste architectural : le dernier niveau de l’ouvrage, réalisé en porte-à-faux s’étirant sur 21 m au-dessus du vide.

Assemblage par deux compagnons. Parmi les éléments qui composent la structure de la tribune du Jockey Club, on distingue la charpente d’acier de 2 200 t, 55 crémaillères en béton et 800 gradins en béton préfabriqué fournis par Capremib. Pourquoi le choix de la préfabrication plutôt qu’un coulage sur site ? « Cette solution s’est imposée à nous, eu égard au mode opératoire, qui repose ici sur une structure mixte acier-béton, explique Tony Dos Santos. Avec une charpente métallique travaillée au millimètre, le gradin requérait lui aussi un calibrage d’un même degré de précision. » Autre raison invoquée par le responsable de production : « Il nous était nécessaire d’être livrés en gradins en flux tendu, car nous disposions d’un espace de stockage réduit, destiné principalement aux charpentes métalliques. » Une aire qui s’est vue, en sus, considérablement réduite par le creusement de tranchées destinées à enterrer quelque 50 km de câbles.

Avantage additionnel, outre les moyens de levage, l’utilisation du béton préfabriqué n’a requis l’intervention que de deux ouvriers. « Si nous avions eu recours à une solution béton traditionnelle, le nombre d’heures à la tâche aurait été multiplié par cinq ou six », assure-t-on chez Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Une fois le gradin posé, l’assemblage a été réalisé depuis une nacelle par les deux compagnons, une opération effectuée mécaniquement au moyen de tiges filetées en inox. Cette méthode a permis de poser dix unités par jour, soit une surface de 40 m2, à raison d’un étage par mois.

Maîtrise d’ouvrage : France Galop. Maîtrise d’œuvre : Dominique Perrault Architecture (DPA).

Entreprise générale : Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Surface de la tribune du Jockey Club : 34 000 m2. Durée des travaux : près de vingt-quatre mois. Livraison de l’ouvrage : fin 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X