rétrospective

FRANCIS KÉRÉ À LA SERPENTINE

Après le bling-bling Bjarke Ingels et son empilement sophistiqué de briques diaphanes en 2016, c’était au tour de l’humaniste Diébédo Francis Kéré de concevoir le pavillon estival de la Serpentine Gallery à Londres. Dans les jardins de Kensington, la petite structure circulaire, vouée à abriter des événements...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 266 du 11/01/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X