Régions Landes

FP Bois inaugure sa nouvelle scierie

C’est en présence du président du conseil général des Landes, Henri Emmanuelli, d’élus et d’industriels locaux qu’Eric Plantier, directeur de FP Bois – entouré d’une centaine de clients – vient d’inaugurer sa nouvelle ligne de sciage. Spécialisé dans la fabrication de parquets massifs et de lambris en pin des Landes, FP Bois affiche une santé retrouvée après un trou d’activité en 2009. « Nous avons retrouvé le chiffre d’affaires d’avant la crise, il s’établit à 27 millions d’euros, pour 200 salariés », explique le directeur. Une ambition renforcée par la mise en service, en janvier, d’une nouvelle ligne de sciage pour les bois de petit diamètre (inférieur à 410 mm).

Cet investissement de 2,5 millions d’euros permet de compléter l’offre et de produire 40 000 m 3 supplémentaires par an, alors que la capacité actuelle de la ligne « gros bois » est de l’ordre de 35 000 m 3 . Une bonne partie de la production est transformée en parquets et lambris vernis dans l’usine toute proche qui produit la gamme Verniland.

Clientèle japonaise

Le jeune dirigeant était également entouré d’une délégation de clients japonais : « Une clientèle exigeante mais très fidèle, qui représente 5 % de notre activité. Ce marché est appelé à se développer. »
Enfin, FP Bois vient d’investir dans une nouvelle chaudière biomasse à haut rendement d’une capacité de 10 t/jour, qui doit permettre à l’entreprise de sécher toute sa production (70 000 m 3 /an). Son alimentation étant plus polyvalente – elle peut brûler des déchets jusque-là ignorés comme des balayures de sciage – elle pourra éventuellement produire de la vapeur pour d’autres utilisateurs : piscine municipale ou industriels du bois. L’entreprise familiale, créée en 1953 par le grand-père de l’actuel dirigeant, avait lancé en 1974 la première ligne de vernissage industriel en Europe (Verniland) et racheté deux entreprises. Elle vient d’être référencée chez Leroy Merlin et en Espagne.
Sa production se répartit en 2 millions de m 2 par an : 600 000 m 2 de parquets, 1,4 million de m 2 de lambris et 100 000 m 2 de bois pour revêtement extérieur. « Le lambris est essentiellement réservé au marché français, alors que nous vendons du parquet partout à l’export. Quant au bois extérieur, c’est un secteur en plein développement », explique Thierry Vignères, directeur industriel.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X