Technique et chantier

FONDATIONS Solétanche-Bachy repart sur de nouvelles bases

Mots clés : Collectivités locales - Entreprise du BTP - Gros oeuvre

Le géant des technologies du sol compte sur la reprise du bâtiment et l’international.

Touchée de plein fouet par la crise profonde qui touche le secteur des fondations en France depuis plusieurs années, l’entreprise Solétanche-Bachy espère repartir modérément en 1999, grâce au bâtiment et à l’international. « L’ensemble de la profession vient de connaître sept ans de vaches maigres, en raison de la baisse de l’immobilier, à quoi sont venues s’ajouter les réductions budgétaires », rappelle Jean-Pierre Tamouré, P-DG de Solétanche-Bachy. « En ce qui nous concerne, l’activité a chuté d’environ 20 % sur les trois derniers exercices, ce qui correspond à la moyenne du secteur. Ce chiffre n’est pas surprenant, étant donné notre position de leader. Il est en effet bien connu que, dans une conjoncture difficile, les grosses entreprises ne font pas mieux que les petites. »

Pour Solétanche-Bachy, en l’occurrence, la contraction du marché est à l’origine d’un douloureux plan social qui a touché l’an passé environ 300 salariés en France.

En 1998, le chiffre d’affaires de l’entreprise s’est établi à 4 milliards de francs (610 millions d’euros). L’activité France s’est encore contractée et certaines activités comme le forage pétrolier ou la mécanique ont été « déconsolidées ». A l’instar de l’ensemble des métiers des travaux publics, la commande dans l’Hexagone se transfère peu à peu de l’Etat vers les collectivités locales, ce qui se traduit par des chantiers de taille moins importante qu’il y a quelque temps.

Pas de désengagement en Asie

« Nous étions aussi très exposés dans le Sud-Est asiatique, même si plus de la moitié de nos affaires sont traitées là-bas avec le privé, ajoute Jean-Pierre Tamouré. Les difficultés pressenties dès 1996 dans cette région ont d’ailleurs été déterminantes pour la fusion de Solétanche et de Bachy, en 1997, car nous y étions d’intimes partenaires. Nous avons cependant été surpris par la brutalité et l’ampleur de la crise financière de fin 1997. A l’époque, nous réalisions 30 % de notre activité en Asie ; aujourd’hui, ce chiffre est passé à 16 %. Nous avons décidé de laisser passer l’orage et, pour le moment, nous n’observons pas encore de reprise. »

En tout début d’année, Groupe GTM est revenu à 19 % du capital, par cession de parts provenant de la fusion de Solétanche et de Bachy au profit de Solman, associé à IGB, l’actionnaire d’origine qui détient 62 %. De quoi redonner les coudées franches à l’entreprise, qui intervient très souvent en sous-traitance des grands du BTP. Bénéficiant d’une image très technique, Solétanche-Bachy conserve enfin le cap de l’innovation, gage de développement à l’international. Cinq de ses salariés viennent d’ailleurs d’obtenir le premier prix de l’innovation de la Fédération nationale des travaux publics (voir page 63).

GRAPHIQUE : Evolution du chiffre d’affaires de SOLETANCHE-BACHY – Une chute de 20% de l’activité

« Les leaders souffrent autant que les petits », commente le P-DG, Jean-Pierre Lamoure.

ENCADRE

Les chantiers en cours

– En France (25 % du chiffre d’affaires) : après avoir réalisé 200 millions de francs de travaux sur le TGV Méditerranée, Solétanche-Bachy opère sur plusieurs collecteurs d’assainissement en région parisienne, sur le bassin pluvial d’Arras, le siège de Dassault Systèmes, et un parking souterrain à Paris.

– En Europe (30 % du chiffre d’affaires) : l’activité est particulièrement dynamique en Grande-Bretagne grâce aux projets pour l’an 2000, dont le métro Jubilee Line, et en Espagne, où de grandes infrastructures autoroutières et ferroviaires sont en chantier.

– En Asie (16 % du chiffre d’affaires) : les chantiers de Hongkong se poursuivent, soutenus par la relance publique. Parmi les autres pays, à noter le métro de Bangkok, des opérations privées en Corée et à Singapour.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X