Régions

FINISTERE Doté d’une passe à poissons moderne le barrage de Guily Glaz va réguler l’Aulne

Mots clés : Aménagement rural - Travail

Dompter les caprices de l’Aulne et limiter les effets dévastateurs des crues de cette rivière du Finistère, dont les débordements de 1995 et, surtout, de décembre 2000 sont encore dans toutes les mémoires. C’est l’objectif du barrage mobile de Guily Glaz, dont les travaux démarrent ce mois-ci, à l’emplacement du seuil actuel.

Comme son nom l’indique, cet ouvrage est doté de trois clapets mobiles pilotés automatiquement par des vérins hydrauliques reliés à des capteurs en amont et en aval. « Il s’agit de maintenir constante la cote normale de navigation le plus longtemps possible », explique Karine Fleury, ingénieur en charge du projet à la direction de l’aménagement rural, de l’eau et des espaces naturels du conseil général du Finistère. Ce dernier assure en effet la maîtrise d’ouvrage du barrage, à la demande d’un comité de pilotage constitué mi-2002 et qui réunit notamment l’Etat, les six collectivités locales concernées, des associations de riverains et EDF.

Le montant des travaux, qui devraient bénéficier de subventions de l’Etat, de la région et des fonds européens, s’élève à 5 millions d’euros HT, dont 35 % environ à la charge du département. A noter que le barrage sera doté d’une passe à poissons moderne.

Les travaux ont été confiés à l’entreprise angevine Pétrissans, de Saint-Barthélémy-d’Anjou, spécialisée dans la réalisation d’ouvrages en milieu aquatique. Elle interviendra en deux phases, d’octobre à avril 2004 et 2005, afin de tenir compte des contraintes hydrologiques.

Afin de compléter le dispositif, un deuxième barrage est prévu à Chateaulin, régulièrement touchée par les inondations ces dernières années. Il pourrait voir le jour en 2006.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : conseil général du Finistère.

Maîtrise d’oeuvre : groupement BCEOM-Spretec.

Architecte paysagiste : Laurent Barbier, Paris.

Conducteur d’opérations : DDE 29.

Entreprise : Pétrissans, Saint-Barthélémy-d’Anjou.

Coût : 5,050 millions d’euros HT.

Calendrier : 2 phases, avril-octobre 2004 et avril-octobre 2005.

PHOTO : Les travaux s’élèvent à 5 millions d’euros HT et bénéficieront de subventions de l’Etat, de la région et des fonds européens.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X