Régions

Finistère Carrelage et sols Kerdreux et Garlatti mise sur la formation

Mots clés : Apprentissages - Collectivités locales - Produits et matériaux

Reprise en 2002 par José Leroux et Frédéric Vermant, cette entreprise brestoise de 47 salariés réalise près de 60 % de ses 4,8 millions d’euros HT de chiffre d’affaires avec le carrelage. « Le reste se fait avec les sols souples et nous avons également développé une activité « cloisons », indique José Leroux. Intervenant dans un rayon de 50-60 kilomètres à la ronde, la PME répond à énormément de marchés publics. « Beaucoup d’appels d’offres de bailleurs sociaux et de collectivités locales », poursuit le responsable. Et d’ajouter : « Nous intervenons également sur le logement privé, mais nous préférons les promoteurs nationaux, car travailler avec des sociétés importantes est plus rassurant. »

Sans faire de prospection, Kerdreux et Garlatti traite également cinq à six chantiers de particuliers chaque mois. « Nous disposons d’un show-room, dont nous n’exploitons pas toutes les possibilités. Si le neuf ralentit, nous l’activerons », prévoit José Leroux. En revanche, les deux associés ont fait le choix de ne plus travailler pour la grande distribution. « Dans la mesure où les prix sont très bas, ce n’est pas une priorité », explique le dirigeant.

Après avoir mis en place l’intéressement aux résultats dès 2002, les deux dirigeants misent sur la formation. Outre les quatre ou cinq apprentis, cette année, cinq salariés ont suivi un cursus de 11 jours, répartis en trois sessions, pour passer chef d’équipe. « Ce n’est pas uniquement pour anticiper le départ à la retraite de certains. Il est également important que ceux qui ont envie de progresser puissent le faire. En cloison, si cela fonctionne, nous créerons une équipe supplémentaire », détaille José Leroux. Même principe pour les compagnons qui souhaitent développer la polyvalence. Ainsi, un jeune carreleur a-t-il suivi une formation interne de trois mois pour devenir poseur de sols souples. « C’est intéressant, car cela permet de mieux lisser le plan de charge », conclut le responsable.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X