Régions

Ferroviaire La gare de Sarrebruck a fait peau neuve

Mots clés : Collectivités locales - Rénovation d'ouvrage - Transport ferroviaire

Charlotte Britz, maire de Sarrebruck, et Harmut Mehdorn, président de la Deutsche Bahn (DB), ont inauguré le 9 décembre une gare de Sarrebruck entièrement transfigurée par dix-huit mois de travaux. Le chantier, qui a mobilisé 31 millions d’euros, constitue le plus gros projet sarrois de la DB depuis des décennies.

Malgré la coïncidence avec le lancement de la LGV Est européenne, il n’existe pas de lien entre les deux événements. Construite dans les années 1970, la gare de Sarrebruck avait besoin de ce coup de jeune, sur le plan esthétique et pour améliorer son confort. La nouvelle façade sud, le hall d’entrée reconfiguré et l’accessibilité des voies constituent les trois points forts de la rénovation. Repeint du sol au plafond de couleurs claires, le hall d’entrée présente un éclairage plus chaleureux. Cinq nouveaux ascenseurs permettent un accès direct au quai. La gare intègre dorénavant les standards d’accessibilité les plus modernes. Une ligne de guidage constituée de plaques de céramique blanches sécurise le parcours des malvoyants, et la totalité de la gare est à présent accessible en fauteuil roulant.

Les PME sarroises à la fête

A l’exception de deux boutiques, dont l’intégration dans la galerie reste à finaliser, tous les travaux intérieurs de la gare sont achevés. Le chantier se poursuivra néanmoins jusqu’en 2009 pour rénover les bâtiments annexes et les voies de garage. Echaudée par les déroutes fracassantes de majors fédéraux du BTP, qui ont engendré plusieurs années de retard sur des chantiers de gares au début des années 2000, la DB Projektbau, filiale construction de la DB, a émietté le chantier de Sarrebruck en cinquante lots attribués à autant d’entreprises, essentiellement sarroises.

Outre l’amélioration de la qualité de service apportée aux quelque dix millions d’usagers annuels, la nouvelle gare forme la première pierre du futur quartier d’affaire Eurobanhof, qui se développera sur dix hectares de friches ferroviaires au nord de la gare.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X