Régions

Eure Val-de-Reuil prend son envol

Mots clés : Logement social

Promise dans les années soixante à devenir une « ville nouvelle » abritant 140 000 habitants sur 4 400 hectares, Val-de-Reuil (Eure), plus jeune commune de France, née officiellement en 1985, n’en compte aujourd’hui que 17 000 sur 26,6 km2. Mais son maire depuis 2001, Marc-Antoine Jamet (49 ans), table sur plus de 20 000 administrés à l’horizon 2012.

Initiée en 2001, une ORU (opération de renouvellement urbain) d’un montant de 82 millions d’euros concernant près de 4 000 logements touche à sa fin. Par ailleurs, près de 1 000 logements nouveaux sont en livraison, en construction ou à l’étude, tant en logement social qu’en accession, en collectif comme en pavillons ou en maisons de ville.

Ces programmes émanent de bailleurs sociaux (Eure Habitat, Secomile, Siloge, IBS) mais également de promoteurs-investisseurs privés (ING, Meunier Paribas, Constructa, Nexity, Cap Horn). Le maire, vice-président socialiste du conseil régional de Haute-Normandie, s’est fixé pour but de ramener le taux de logements sociaux de 89 à 75 %. Autre priorité du maire : la qualité architecturale des projets, aussi bien pour l’habitat que pour les espaces publics. « J’essaie de retenir un tiers de jeunes, un tiers de régionaux, un tiers de signatures renommées », dit-il. On pourrait ranger dans la première catégorie Jean-Baptiste Pietri, dans la deuxième, Christophe Bidaud, Fabrice Laurent, Daniel Pérignon ou Pascal Victor et dans la troisième, Jean-Michel Wilmotte, Jean-Jacques Ory, Patrick Mauger, Jean-Marc Sandrolini ou Jacques Haour.

Centre de calculs d’EDF

Parallèlement, Marc-Antoine Jamet, qui est aussi secrétaire général du groupe LVMH, entend « être le VRP de sa ville ». Dans ce but, il active son entregent parisien. Sur les trois dernières années, 60 000 m2 de surfaces industrielles ont été construites, essentiellement dans le secteur pharmaceutique.

Dans le cadre d’un plan quinquennal d’investissements de 300 millions d’euros, Sanofi Pasteur ne cesse de déposer des permis de construire. C’est également le cas de Val-de-Pharm, Valois, Pharmalog, Johnson & Johnson ou Carlo Erba. Au cours du premier semestre 2008, 25 000 m2 de terrains industriels ont été vendus, tant au Parc des Saules qu’au Parc des Portes. Ainsi, EDF vient de commencer la construction d’un centre de calculs révolutionnaire pour un montant de l’ordre de 50 millions d’euros. La maîtrise d’œuvre est assurée par le BET Iosis et Enia Architectes. Le chantier devrait durer dix-huit mois.

Le tour d’horizon des principaux projets ne serait pas complet sans évoquer la future plate-forme logistique ATA sur le Pharmaparc 2, dont le permis de construire pour plus de 16 000 m2 a été accordé cet été. Autre opération d’envergure, un village commercial d’une trentaine de magasins en centre-ville a été confié à Daniel Hulak par Immochan. Enfin, un stade couvert d’athlétisme de plus de 9 000 m2, rare en Europe, sera livré prochainement. Il est réalisé pour plus de 10 millions d’euros sous maîtrise d’ouvrage du département de l’Eure, par les architectes Vincent Rivoire (CRR) et Eustache Pittaras de Pont-Audemer (Eure).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X