Régions

Equipements sportifs Les comités d’entreprises, des maîtres d’ouvrage à découvrir

Mots clés : Accessibilité - Sport

Les rencontres Sports et Territoires, qui se tiennent du 15 au 17 octobre à Lyon, sont notamment l’occasion d’évoquer la problématique « Sport et accessibilité ». Les établissements recevant du public (ERP) devront être accessibles au 1er janvier 2015. Les comités d’entreprises gérant des établissements sportifs, en particulier doivent engager diagnostics et travaux.

85 000 m2 répartis sur 49 propriétés, voici le parc foncier géré par le Comité central d’entreprise d’Air France (CCEAF). Celui-ci consiste essentiellement en centres de détentes, centres jeunes et centres de vacances (dont un dans chacun des quatre départements d’outre-mer), gymnases et centres aquatiques. Depuis quelques années y est menée une politique volontariste d’adaptation des structures pour l’accueil des personnes à mobilité réduite et qui se traduit, entre autres, par un partenariat avec la Fédération française handisport.

En 2008, le CCEAF aura investi 450 000 euros dans des travaux liés à l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sur une enveloppe de 5,5 millions d’euros de travaux.

« Dans le cadre de notre partenariat, nous étudions actuellement avec la Fédération handisport la possibilité d’accueillir les Jeux d’hiver handisport en 2010 dans notre centre de vacances de Lelex (Ain) », explique Bernard Bonnet, directeur du patrimoine immobilier du CCEAF. Les travaux sont exclusivement engagés sur fonds propres et la direction du patrimoine en assure toujours la maîtrise d’œuvre grâce à des chargés d’opérations qui supervisent chacun une quinzaine de centres. « En cas de doute sur un aménagement pour les personnes handicapées, précise Bernard Bonnet, nous faisons appel au service insertion d’Air France qui dispose d’une équipe de kinésithérapeute et d’ergonomes qui nous aident à valider nos solutions. »

Exemple de site aménagé pour accueillir aussi bien public valide que des personnes à mobilité réduite, le centre de vacances de Saint-Georges-de-Didonne (Charente-Maritime), près de Royan. Sur une cinquantaine de chalets construits entre 1994 et 2000 sur ce domaine de 3 ha, 25 constituent une entité entièrement accessible en fauteuil (largeur de porte supérieure à 90 cm, rampes d’accès et cheminement en dur). Six d’entre eux sont équipés spécifiquement pour l’accueil de personnes handicapées. « Quand des structures associatives nous contactent à l’avance, ce qui est souvent le cas, nous établissons ensemble un protocole de façon à adapter nos prestations en fonction des handicaps », explique Eric Brunet-Manquat, directeur du centre.

Priorité à l’accès aux personnes handicapées

Autre gros comité d’entreprise engagé dans l’accueil des personnes handicapées au sein de ses structures, la Caisse centrale d’activités sociales des industries électriques et gazières (CCAS, le « CE » d’EDF et de GDF). Celle-ci s’est lancée dans un diagnostic complet de ses installations. Deux cents centres de vacances sont ainsi concernés. « Dans un premier temps, nous lançons des appels d’offres pour des audits de mise à la norme PMR, telle que définie par la loi de 2005, précise Raphaël Bonnet, chargé de mission à la direction du patrimoine. Viendront ensuite des appels d’offres pour la réalisation des travaux. »

Le droit qui régit la gestion de travaux à la CCAS s’est forgé à mesure des négociations syndicales et n’est donc ni public, ni privé. Son caractère sui generis laisse toute liberté à son conseil d’administration de choisir les architectes avec lesquels la CCAS souhaite travailler. Des appels d’offres sont ensuite lancés pour le choix des bureaux d’études et, bien sûr, des entreprises réalisatrices. Le montant global des gros travaux et entretiens du patrimoine de l’exercice 2006/2007 se montait à 7,5 millions d’euros pour un investissement immobilier de 21 millions d’euros. Financés par les entreprises des industries électriques et gazières, au premier rang desquelles EDF, les fonds versés à la CCAS correspondent à 1 % des ventes d’énergie.

Maîtres d’ouvrage méconnus, ces deux gros comités d’entreprises ont fait de l’accès à leurs structures par les personnes handicapées un des objectifs de leurs investissements travaux des années à venir.

CONTACT

Bernard Bonnet, directeur du patrimoine immobilier du CCEAF.Tél. : 01.41.56.07.31.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Projets du CCEAF

Centre de vacances de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) : – adaptation de 5 logements ;– surface : 350 m2 ;– coût des travaux : 108 000 euros ; – fin des travaux : décembre.

Centre de vacances de Lelex (Ain)– étude en cours ;– adaptation de logements et équipement pour l’accueil des Jeux d’hiver de la Fédération handisport en 2010.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X