Technique et chantier

Equipement aquatique Bassin en Inox pour un centre aqualudique

Mots clés : Acier - Béton

Le futur centre aqualudique de Tourcoing ouvrira ses portes en juin 2008. Ce sera le plus vaste stade nautique au nord de Paris, avec une surface construite de 7 000 m2 regroupant plusieurs espaces dédiés au bien-être et 1 200 m2 de plans d’eau. Afin de faciliter le gros œuvre, Spie Batignolles, à la fois constructeur et futur concessionnaire, a préféré une structure en Inox pour les bassins plutôt que la traditionnelle coque en béton.

Facilité de mise en œuvreet gain de temps. « Le bassin en Inox ne présente que des avantages », explique Pascal Poux, ingénieur travaux chez Spie Batignolles Nord « en termes de délais d’exécution, de durabilité dans le temps et de maintenance ». Léger, il a été installé en cinq semaines sur une dalle en béton classique (B25), réalisée sur un vide sanitaire avec poteaux et poutres en soutien au plancher des plages.

L’entreprise n’a pas eu à attendre le durcissement complet du béton du bassin : ce sont des parois verticales Inox qui ont été posées. Un support réglable et des renforts en Inox assurent la fixation des pièces métalliques sur la dalle et au plancher des plages. Les panneaux sont assemblés entre eux par boulonnage. L’étanchéité verticale est assurée par serrage et joint de silicone. Un liner (membrane d’étanchéité) en PVC dur remonte du fond du bassin pour recouvrir l’intérieur du bassin. « En méthode traditionnelle », poursuit Pascal Poux, « la réalisation d’une coque béton et carrelage, de l’étanchéité et des raccordements des lots techniques, aurait pris deux mois. Nous avons pu travailler en temps masqué et ainsi réaliser le hors d’eau plus rapidement ».

Vieillissement et maintenance. Le béton vieillit et celui d’une piscine particulièrement mal. Les risques de fissures – donc de fuites – sont plus importants. Il faut réhabiliter le bassin en moyenne tous les 10 à 15 ans. Ce problème ne se pose pas avec l’Inox. La maintenance d’une piscine est lourde avec la réfection régulière des joints de carrelage notamment. Une membrane étanche thermorésistante en PVC ne nécessite que peu d’entretien en comparaison.

En vide sanitaire, la réalisation d’une galerie technique permet le contrôle des coques et l’anticipation des éventuels problèmes d’étanchéité. Le bassin a été construit sans surcoût par rapport à un ouvrage en béton.

Maîtrise d’ouvrage : Aquaval ; Spie Batignolles immobilier (déléguée) ; Socotec (assistant contrôle technique)

Maîtrise d’œuvre : Jean-Michel Ruols ; Ethis (BET fluides) ; Flandres Analyse (BET Acoustique)

Constructeur : Spie Batignolles Nord, Myrtha Pools (bassin Inox)

Coût de construction : 16 265 880 euros, dont 700 000 euros pour les plans d’eau.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X