Régions Entretien avec Guillaume Dieuset, directeur général de Sembreizh depuis décembre 2016.

Equipement

« Un opérateur régional au service des territoires »

Pour ses soixante ans, l’opérateur breton d’économie mixte Semaeb évolue et devient Sembreizh. Le nouveau projet stratégique positionne la SEM en « activateur » du territoire en dynamisant son offre, même si son activité principale reste les lycées.

Quels sont vos projets concernant les lycées ?

La région Bretagne investira 80 millions d’euros par an dans ses 116 lycées publics. Elle a produit un schéma directeur immobilier qui précise qu’il faut produire plus vite, car nous avons pris beaucoup de retard. Pour cela, nous avons mis en place une organisation agile qui facilitera les validations de phases, nos opérations significatives seront lancées en BIM et nous n’excluons par de nouveaux modes contractuels tels que la conception-construction. Nous avons lancé, par exemple, un marché de conception-réalisation-exploitation-maintenance (Crem) de 28 millions d’euros pour le lycée Bréquigny, à Rennes. Quatre groupements ont été pré sélection nés, conduits par Cardinal, Legendre, Vinci et Eiffage.

Nous lancerons ensuite la restructuration du lycée Freyssinet de Saint-Brieuc (16 millions de travaux HT), et celui de Plourin-lès-Morlaix (20 millions d’euros TDC).

Nous bâtirons également trois lycées neufs à l’horizon 2025.

Début 2018, nous lancerons les appels d’offres de travaux pour celui de Liffré, un projet de 45 millions d’euros conçu par Chomette-Lupi et Associés avec l’Atelier Loyer. Pour le projet très attendu du lycée de Ploërmel, trois équipes de maîtrise d’œuvre ont été retenues pour concourir : AIA Life Designers, Forma6 et le suisse Weber Hofer. Enfin, trois communes au sud de Rennes – Châteaugiron, Guichen et Janzé – se disputent l’implantation d’un troisième lycée annoncé à l’horizon 2025.

Vous souhaitez aussi vous diversifier…

Il s’agit de mettre à profit des territoires notre cœur de métier, qui est la maîtrise d’ouvrage dans des projets variés comme l’aménagement, la transition énergétique, le développement économique… La première opération de notre fonds d’investissement Breizh Immo portera sur un programme de 3,5 millions pour l’agroalimentaire sur un domaine portuaire. D’ailleurs, nous nous positionnons aussi sur les ports. Avec la CCI, nous allons remettre une offre pour le renouvellement de la concession du port de Saint-Malo.

C’est un terrain de jeu formidable qui comprend la construction, l’aménagement, mais aussi l’énergie. Ce projet nous permet trait de faire appel à toutes nos compétences.

Quelles relations souhaitez-vous nouer avec les autres opérateurs publics ou privés ?

Notre idée est de devenir le principe actif qui met les différents acteurs en mouvement. Nous allons prioritairement là où le privé ne va pas, et nous devons trouver notre place par rapport aux autres SEM départementales, métropolitaines, etc. Demain, nous accompagnerons les universités bretonnes dans la transition énergétique. Nous apparaissons comme un acteur extérieur public qui rassure, et nous serons le chef d’orchestre pour le compte des universités qui ont un peu de mal à se fédérer.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

La Sembreizh en chiffres

4,69 millions d’euros de chiffre d’affaires 2016, réalisé à 87,5 % en mandats pour les 116 lycées publics de la région.

48 salariés, dont 31 femmes.

55,3 millions d’euros TTC d’investissements réalisés en 2016.

243 marchés notifiés en 2016, dont 143 de travaux.

69 projets en phase d’études.

74 projets en phase travaux.

1 nouvelle agence sur le port de Brest.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X