Régions

ENTRETIEN LOIC SPARFEL « Les chefs d’établissement, décideurs pour les petits travaux dans les lycées »

A l’occasion du vote du budget primitif 1998, Loïc Sparfel, président de la commission éducation et enseignement supérieur du conseil régional des Pays de la Loire, se penche sur les grands axes d’intervention.

Le budget éducation est en hausse de près de 4 %. Allez-vous construire de nouveaux lycées ?

loïc sparfel L’enseignement secondaire représente un budget de près de 1,1 milliard de francs pour 1998, en hausse de 3,8 %, dont 757 millions de francs d’investissements. Nous venons d’achever la construction de notre quatorzième et dernier lycée. Désormais, nous opérons la rénovation complète de nos établissements publics et privés, avec trente-deux opérations lourdes. Soit un montant de 2,2 milliards étalés sur cinq ans, avec des chantiers de 150 millions comme les lycées Clemenceau, à Nantes, et Montesquieu, au Mans.

Vous avez pris deux mesures incitatives pour les petits travaux dans les lycées ?

En effet, depuis deux ans, j’ai mis en place une enveloppe afin que les chefs d’établissement gèrent directement les travaux d’urgence dont le coût unitaire ne dépasse pas 20 000 francs.

En matière d’enseignement supérieur, quels sont les chantiers de 1998 ?

Deux créations d’IUT sont en cours : le département information communication de La Roche-sur-Yon, pour septembre 2000 – un chantier de 23,5 millions -, et surtout le déménagement de l’IUT de Nantes, à Carquefou, dont la première tranche de 70 millions de francs devrait accueillir deux départements pour la rentrée 1998-1999.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X