Enquête

Entreprises de BTP Stages et alternance, sésames pour l’emploi

Mots clés : Energie renouvelable - Entreprise du BTP - Hygiène et sécurité du travail - Métier de la construction

Travaux, études de prix, méthodes… sont autant de postes ouverts aux jeunes diplômés. Les stages et l’alternance restent les voies d’accès privilégiées pour y parvenir.

Finis les recrutements massifs. Pour autant, les entreprises du BTP ne vont pas cesser d’intégrer des jeunes diplômés. Ainsi, le groupe Colas a lancé une campagne de recrutement visant à intégrer 200 jeunes cadres, essentiellement des ingénieurs travaux. Des postes en matériel, études et méthodes seront également proposés. « Nous allons renforcer nos relations en direction des écoles et favoriser l’intégration via les stages. 80 % des jeunes embauchés sont passés en stages chez nous », indique Cédric Mendes, responsable du service recrutement. Même son de cloche chez Vinci Construction France. « Les jeunes vont représenter 50 % des recrutements cadres. Notre premier vivier reste les stagiaires de fin d’études », témoigne Claire Schnoering, en charge du recrutement.

Si les stages demeurent la voie royale pour démarrer sa carrière, l’alternance est aussi un moyen à ne pas négliger. « Nous allons recruter une cinquantaine de jeunes, tous niveaux confondus, via l’alternance », illustre Bruno Pavie, DRH du groupe NGE.

Les métiers du chantier restent, comme toujours, au cœur des besoins. Même si ce n’est pas l’unique choix pour un jeune diplômé. Ceux attirés par les études ou l’économie de la construction n’auront aucun mal à se placer. Au contraire. « Nous cherchons à intégrer des diplômés bac 2 sur des fonctions de chargé d’études junior ou d’économiste. Ce n’est pas simple car beaucoup de jeunes préfèrent poursuivre leurs études », déplore Estelle Renaud, DRH chez Rabot Dutilleul. Des pistes à suivre…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Ingénieur méthodes Laura Pamphile • 26 ans • ESITC de Cachan • Demathieu & Bard « Rester curieux et ouvert aux différentes techniques »

Ingénieur méthodes chez Demathieu & Bard, Laura Pamphile, diplômée de l’ESITC de Cachan intervient à deux moments clés du projet. « En amont, lors des études, ma mission consiste à définir les solutions techniques et les moyens à mettre en œuvre pour optimiser le projet. En phase d’exécution, j’accompagne les équipes travaux sur l’organisation du chantier et ce qui concerne les moyens à déployer. » Nombre d’ouvriers, accès, matériels… Les préconisations sont à tous les niveaux. Intégrée au sein d’un bureau d’études composé de deux ingénieurs et d’une dessinatrice, Laura Pamphile étudie deux à trois affaires en appel d’offres et suit en moyenne quatre chantiers en exécution. Soit, au total, six à sept affaires en cours par mois. « Cette fonction allie travail au bureau et sur chantier. Pour l’exercer, il faut savoir anticiper les problèmes et aussi être curieux, ouvert aux différentes techniques. J’assure une veille en lisant beaucoup de documentation technique et, bien sûr, la presse professionnelle. »

ENCADRE

Chef de chantier Jérôme Collion • 27 ans • BTS bâtiment • Eiffage Construction « Etre à l’écoute des membres de son équipe »

Après un BTS bâtiment effectué en alternance au sein d’Eiffage Construction, Jérôme Collion a débuté comme coffreur. « Ce n’est pas facile à accepter au départ, mais avec le recul j’ai compris qu’il fallait beaucoup d’expérience sur chantier pour gagner ses galons de chef de chantier ! » Et son parcours en témoigne. Un an après son embauche, il devient chef d’équipe, assistant chef de chantier trois ans plus tard, puis chef de chantier deux ans après. « Mon métier va de la préparation des chantiers à la gestion des aléas, en passant par le social ! Il faut être à l’écoute des problèmes, personnels souvent, rencontrés par les membres de son équipe. » Garant de la technique, le chef de chantier travaille main dans la main avec le conducteur de travaux. « Sur le terrain, je veille au respect des consignes de sécurité et m’assure que les équipes réalisent le travail correctement. » Il est aussi chargé du pointage des heures et de la gestion du matériel et des matériaux. « Un métier dont la variété et l’intérêt font oublier les contraintes. »

ENCADRE

Ingénieur études de prix Edouard Lamour de Caslou • 27 ans • ESTP • Léon Grosse « Chercher à optimiser le projet »

Lors de son travail de fin d’études (TPE), Edouard Lamour de Caslou a découvert les études de prix. « Ce qui m’a plu, c’est le renouvellement et la grande variété des projets étudiés. » Embauché depuis deux ans au sein du service études de l’agence Léon Grosse Villepinte (93), cet ingénieur ESTP ne regrette pas son choix. En deux ans, il a étudié de nombreux projets : bureaux, logements, piscine, collège… « Lorsqu’une affaire arrive, la première étape consiste à jeter un coup d’œil rapide pour voir si le projet correspond à nos compétences techniques. Lorsque nous décidons de poursuivre, la phase d’études démarre avec la désignation d’un métreur, et de bureaux d’études structures et techniques… En lien avec notre bureau d’études et nos prestataires, nous cherchons toujours à optimiser le projet. » Au cours de l’étude, il rédige des mémoires techniques, consulte les entreprises et fournisseurs et s’occupe des « achats », en lien avec le conducteur de travaux. A terme, Edouard Lamour de Caslou se verrait bien évoluer vers un poste plus commercial.

ENCADRE

Ingénieur travaux bâtiment Sylvain Brabant • 25 ans • ESTP • CBC « A la croisée de tous les métiers »

Depuis près d’un an, Sylvain Brabant travaille comme ingénieur de travaux chez CBC Santé (Vinci Construction France) tout en bénéficiant d’un parcours d’intégration « sur mesure ». « J’ai rejoint la Coaching Team en décembre dernier. Ce parcours propose de découvrir, en deux ans, différents métiers au sein de deux entités du groupe dans deux régions différentes. Il offre également un programme de formation de trois fois une semaine et un suivi personnalisé. » Aujourd’hui affecté sur le chantier de reconstruction des activités « médecine, chirurgie, obstétrique » du centre hospitalier d’Argenteuil (Val-d’Oise), le jeune ingénieur ESTP, a pris en charge une partie du gros œuvre. « Ma journée débute à 7 h 15 par un brief avec mes collègues et le patron du chantier. A l’arrivée des compagnons, je fais le tour du chantier pour vérifier la mise en place etla sécurité. Ensuite, ma journée se poursuit entre le traitement des mails, la préparation de réunions et surtout la gestion des urgences ! Ce qui me plaît dans ma fonction, c’est d’être à la croisée de tous les métiers. »

ENCADRE

Ingénieur travaux TP Arnaud Cubertafond • 25 ans • ESTP • Screg « Mieux appréhender les contraintes budgétaires »

C’est sur des chantiers de travaux publics qu’Arnaud Cubertafond apprend son métier d’ingénieur travaux. Un apprentissage démarré lors de son TFE à la Réunion. « Je suis parti pour faire un projet de travail de fin d’études sur le tram-train, qui n’a pas vu le jour. A mon retour, j’ai opté pour le Tour de France de Screg. J’ai été affecté sur le tramway de Reims, alors en phase d’achèvement. » Il reste quatre mois sur ce chantier, puis part au sein de l’agence d’Epernay (51). « Je travaillais en doublon avec un autre conducteur de travaux sur des petits et moyens chantiers. Cette expérience m’a permis de mieux appréhender les contraintes budgétaires. » Changement d’affectation, à Libourne (33) cette fois, comme chef de chantier. « Avec une équipe de quatre à cinq compagnons nous avons posé un réseau d’évacuation d’eaux pluviales et refait les enrobés d’une cour d’école. » Puis nouveau départ du côté de Chartres (28), où Arnaud revêt les habits de conducteur de travaux sur un chantier de parc photovoltaïque.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X