Régions

Entreprise publique locale La Saedel aménage et construit pour le département d’Eure-et-Loir

Mots clés : Collectivités locales - Démocratie locale - Economie mixte - Maison individuelle - Rénovation urbaine

Créée en 1964 à Chartres, la Société d’aménagement et d’équipement du département d’Eure-et-Loir (Saedel) est une société d’économie mixte détenue majoritairement par le conseil général et les collectivités locales, mais sans présence de banques. L’entreprise, qui travaille à l’aménagement de lotissements, de parcs d’activités et d’opérations d’habitat, intervient également comme assistant à maître d’ouvrage pour des équipements publics, notamment les lycées Marceau à Chartres et Rotrou à Dreux.

Depuis la mise en concurrence obligatoire, la SEM a connu une hausse sensible de son activité : « Avant 2005, explique son directeur général Olivier de Lignerolles, nous travaillions sur 20 opérations avec deux chantiers par an. Nous sommes passés à 70 opérations annuelles et 14 chantiers en 2008 pour un chiffre d’opérations dépassant 25 millions d’euros. » Une grosse opération est ainsi lancée au Coudray près de Chartres avec une ZAC chargée de définir un nouveau centre urbain fort de 300 logements, collectifs et individuels. De même, la Saedel intervient pour la première fois dans une opération de renouvellement urbain aidée par l’Anru à Dreux.

Après la démolition de 236 logements sociaux, la Ville a ainsi chargé la Saedel de réaliser l’aménagement de la ZAC du Clos Maillard qui verra la construction de 200 logements locatifs sociaux (dont 80 individuels), 70 individuels en accession sociale et 40 terrains en accession libre. Ce programme permettra, notamment, de réaliser une trentaine de « maisons Borloo » à 100 000 euros (125 000 euros avec le terrain).

La Saedel travaille essentiellement avec des entreprises de bâtiment indépendantes et avec deux enseignes de maisons individuelles : Maisons Phénix et Interpromotion « qui peuvent, affirme Olivier de Lignerolles, construire des maisons intermédiaires dans notre modèle économique, c’est-à-dire moins chères que chez d’autres constructeurs. » Mais le responsable de la Saedel estime que sa mission de « loger les habitants d’Eure-et-Loir » est de plus en plus difficile à remplir pour des raisons de coûts. « Auparavant, explique-t-il, on trouvait du foncier proche des agglomérations à 2,30 euros le m2, aujourd’hui le prix est compris entre 10 et 20 euros et même entre 40 et 70 euros dans les franges de l’Ile-de-France, ce qui explose toutes les capacités financières des accédants. »

Modèle urbain dominant

D’autres freins interviennent comme les prix de la construction, les retards d’instruction des permis de construire par les ABF qui demandent désormais un délai de six mois et n’accordent plus de permis tant que le lotissement n’est pas totalement achevé, ce qui retarde les constructions et les recettes de la Saedel. Olivier de Lignerolles s’interroge aussi sur le « modèle urbain dominant », celui de la densité prôné par la loi SRU. Alors que les accédants réclament avant tout de l’espace et de la verdure, « comment, s’interroge-t-il, développer des programmes plus denses quand ils ne répondent pas aux souhaits des habitants ? Pourquoi bloquer des emprises foncières en périphérie et hors agglomérations dans un contexte de pénurie ? Pourquoi la maison individuelle est-elle devenue le seul logement accessible aux ménages moyens ? Comment éviter l’exclusion des plus modestes loin des agglomérations. »

Autant de questions qui ont été posées le 26 septembre lors « des états généraux » de l’habitat qui réunissaient tous les acteurs du département.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Quelques projets 2008-2010

Le Coudray : ZAC des Larris, 300 logements.

Dreux : ZAC du Clos Maillard, 280 logements.

Digny : 27 logements individuels en accession.

Allonnes : 17 lots à bâtir en terrains individuels.

Illiers-Combray : 21 parcelles en accession.

Châtillon-en-Dunois : 16 logements individuels en accession.

Zones d’activités de 38 ha à Gellainville et 23 ha « Pôle Ouest » de Chartres.

Extension de 13 ha de la zone d’activités du Val Drouette.

ENCADRE

CONTACT

Olivier de Lignerolles, directeur général. Tél. : 02.37.33.31.80.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X