Régions Lyon

Embellissement en vue à la cité Tony Garnier

Grand Lyon Habitat s’engage dans une opération de taille : la réhabilitation des habitations à bon marché (HBM) conçues par l’architecte Tony Garnier dans les années 1930, à Lyon 8e . Il y est propriétaire de 46 des 49 bâtiments, soit 1 542 logements, dont 275 vont être traités d’ici à 2020. Une première tranche de 23 millions d’euros TTC (62 000 euros HT par logement) est financée à hauteur de 2,9 millions par l’Etat, dans le cadre de l’appel à projet Eco Cité. La cité Tony Garnier n’a connu qu’une rénovation vers 1985, portant principalement sur les parties communes et l’isolation extérieure, qui avait donné l’occasion aux artistes de Cité Création de réaliser 24 murs peints. L’un des volets de l’opération à venir consiste à rénover ces derniers (en deux tranches de cinq ans), leur support en ossature bois et lattes PVC s’étant dégradé.

Label BBC Rénovation en vue. Le remplacement à la fin 2016 d’une première fresque – « Tony Garnier visionnaire » – par une nouvelle, intitulée « Les temps de la cité », a permis à Grand Lyon Habitat de tester un enduit thermo-isolant plus durable et performant. « Il s’agit de billes d’aérogel fabriquées par la société suisse Fixit, conçues à l’origine pour les combinaisons des astronautes, explique Elodie Morel, responsable d’opération. Elles sont introduites dans un enduit traditionnel à la chaux, afin de préserver l’aspect extérieur de cet ensemble classé Patrimoine du XXe siècle. » Ce procédé d’isolation, qui sera demandé dans l’appel d’offres, va contribuer à l’obtention du label BBC Rénovation, avec l’amélioration de la VMC, le remplacement de toutes les menuiseries extérieures et le changement du système de chauffage.

Actuellement électrique et individuel, ce dernier sera au gaz et collectif (sans doute v i a le chauffage urbain). Si les entrées et redents feront l’objet de quelques travaux (organisation, ascenseurs, locaux ordures ménagères), le programme porte également sur l’amélioration du confort des logements : réfection des pièces humides (salles de bain et cuisines), mise en sécurité électrique et amélioration acoustique. Le traitement des loggias a été au centre des concertations avec les locataires, autour d’un premier appartement-témoin. Fermées en bow-windows, à la demande des habitants, lors des travaux des années 1980, elles devaient être ouvertes pour revenir au projet initial de Tony Garnier. Ce que refusent les locataires, qui apprécient cet espace habitable supplémentaire. A la fin janvier, deux nouveaux appartements-témoins intégrant cette demande – et d’autres – doivent leur être présentés. « Ensuite, nous lancerons l’appel d’offres, sans doute en macro-lots, assure Elodie Morel. L’arbitrage sera rendu courant janvier. » Le lancement des travaux est prévu à l’automne 2017, sous l’égide de l’architecte retenue, Régine Chareyre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X