Régions Nîmes

Elizabeth de Portzamparc sur les traces de la romanité

Mots clés : Architecte

Fin juillet, les travaux du musée de la Romanité, situé face aux arènes de Nîmes (Gard), se sont achevés. « Les ondulations souples et horizontales, la transparence du musée dialoguent avec la pierre et la verticalité des arcs des arènes », explique l’architecte Elizabeth de Portzamparc. Reste la muséographie pour présenter les 25 000 pièces de la collection sur 10 000 m2. L’établissement se développe sur trois niveaux qui illustrent la ville telle qu’elle était aux époques gauloise, romaine et médiévale. Autour d’un escalier monumental, sa façade vitrée de quelque 25 000 m2 offre une vue à 360° sur la ville depuis le toit terrasse.

Mandataire : agences Elizabeth et Christian de Portzamparc, associés à A+ Architecture et l’agence Alain-Charles Perrot (ACMH).

Entreprises : Fondeville (gros œuvre, charpente métallique) ; VDD à Bouillargues (démolition et terrassements) ; Landragin (structure métallique) ; Resirep (micropieux) ; Hefi SAS (façade) ; Axima-Jullian (plomberie) ; Cofely Ineo-Tissot Electricité (électricité). Coût : 38 M€ HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X