Régions Régions

Ecoquartiers des champs

Mots clés : Aménagement paysager - Gares, aéroports - Situation économique

30 M€ Montant prévisionnel des investissements de l’aéroport de Bâle-Mulhouse en 2017.

5 558 304 Estimation du nombre d’habitants du Grand Est au 1er janvier 2016.

Source : Insee.

378 ha Foncier programmé pour le développement économique par l’EcoScot Colmar-Rhin-Vosges.

Des écoquartiers qui ne se cantonnent pas aux grandes villes mais vont dans les centres-bourgs pour y reconquérir les espaces délaissés : cette approche commune a valu aux projets de Sochaux (Doubs), Commercy (Meuse), Chantraine et Cornimont (Vosges) leur labellisation par l’Etat en décembre dernier.

A Sochaux, la ZAC de la Savoureuse, en viabilisation depuis janvier, comblera la dent creuse de 5,6 ha des anciennes cités ouvrières Peugeot. Selon son aménageur Territoire 25, elle se signale par la diversité de son habitat, qui limitera la part du collectif à un gros tiers des 150 à 180 logements. En outre, la connexion au futur transport en commun en site propre, la circulation en modes doux, l’importante concertation, la requalification d’entrée de ville et le rôle-clé accordé aux espaces verts par l’équipe de maîtrise d’œuvre d’Alfred Peter conforment le projet aux critères d’écoquartier de l’agglomération de Montbéliard.

A Chantraine (parc de l’Arsenal) et Commercy (clos des Capucins), les projets réoccupent deux friches militaires. Si leurs tailles diffèrent – 16 ha avec 150 logements, des équipements et des commerces pour le premier, et 2 ha avec 50 logements pour le second -, ils ont des points communs : « reconquête urbaine par un équilibre entre la densité du bâti et les espaces publics généreux, diversité architecturale, création d’un lieu de vie multiple et appui sur les atouts naturels ou patrimoniaux », analyse Philippe Brédar, directeur opérationnel de l’aménageur SEBL. En travaux depuis l’an dernier, Chantraine s’organise autour d’un parc public de 2,7 ha, tandis que le clos des Capucins soigne son réseau de voirie afin de réussir son lien avec le reste de Commercy.

Un contenu pour petite ville. A Cornimont, le processus distingue la reconversion jusqu’en 2018 des ex-sites textiles Daval et Saulcy (1,6 ha). La commune a mené une réflexion de plus d’un an, notamment avec l’établissement public foncier de Lorraine, pour choisir un contenu et un montage (lotissement en régie) proportionnés à sa taille de 3 500 habitants et à sa situation à l’écart des marchés immobiliers porteurs. « Nous avons raisonné en termes de demande et non pas d’offre. Nous sommes allés chercher le promoteur, le constructeur de maisons et le bailleur (Vosgelis) locaux à même de proposer des prix réalistes, à moins de 2 000 euros TTC/ m2 », décrit David Flageollet, responsable du service marchés. Un programme d’urbanisation, conçu avec le cabinet Urbitat+, a prévu une circulation douce et un « amphithéâtre de verdure » pour les loisirs et lutter contre les inondations. S’ajoutant aux 19 logements, la maison de santé en bois-paille (architecte ASP) apportera une touche verte de plus.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X