[TO] Urbanisme et aménagement

Eclairage urbain Ningbo met ses fleuves en lumière

Mots clés : Eclairage urbain

Conçu par l’agence française Light Cibles, le nouveau plan lumière de Ningbo (Chine)met en valeur le site et l’héritage culturel de ce grand port de la région de Shanghai.

L’éclairage urbain répond autant à des motivations fonctionnelles que symboliques : au-delà de la sécurisation de l’espace public pour le citadin et l’automobile, il doit aussi restituer une image de la ville avec des moyens qui restent limités. La mise en place de cet éclairage que l’on pourrait qualifier d’identitaire est contrôlée à travers des plans lumières réalisés par une nouvelle catégorie de concepteurs, appelés concepteur lumière ou lighting designer. Pratiqués depuis une vingtaine d’années en Europe, ils se diffusent à présent dans les pays dits émergents.

La Ville de Ningbo, grand port de l’estuaire de Shanghai, a ainsi confié la conception de son plan lumière à l’agence Light Cibles, une structure française qui a ouvert depuis deux ans une antenne à Pékin. Le travail de l’agence a d’abord consisté en une reconnaissance approfondie du site. Louis Clair, directeur de l’agence Light Cibles, a appliqué à Ningbo une méthode d’analyse de la ville à travers six grandes catégories : les bâtiments, les voies, les structures, le mobilier urbain, le skyline, et les grands vides urbains. « Les villes chinoises sont pleines de ces grands espaces vides qui se transforment la nuit en véritables trous noirs », remarque Louis Clair. C’est autour d’un nœud fluvial, au croisement de l’histoire et de la géographie, que le concepteur lumière a trouvé les éléments fondateurs de son projet d’éclairage urbain.

Au rythme des marées

Le nouveau plan lumière de Ningbo se développe au point de rencontre des trois rivières qui parcourent le centre-ville : la Fenghua, la Yuyao et la Yong. Cette dernière se jette dans l’estuaire et voit son cours s’inverser en fonction des marées. Outre ces particularités géographiques, le lieu possède une charge historique : sous la Chine impériale, il était le point de départ maritime de la route de la soie, et l’on y trouvait les premiers chantiers navals de la ville, qui est aujourd’hui le deuxième port du pays. Louis Clair a imaginé de marquer ce carrefour fluvial par un monument formé de trois lignes verticales de 24 mètres de haut évoquant les gréements et la marine. Chacun de ces trois mats sera illuminé par une couleur spécifique, bleue, orange et blanc, que l’on retrouvera le long des neufs kilomètres de berges. La Fenghua sera illuminée en bleue, la Yuyao, en orange, et la Yong en blanc, teinte qui est en éclairage l’addition des deux premières. A la marée montante, cette couleur gagnera les berges de la Fenghua et de la Yuyao, qui vireront au blanc, pour retrouver leur couleur initiale avec le reflux de la marée.

Les appareils d’éclairage seront implantés le long du fleuve ou dans de fines bandes verticales placées sur les façades des immeubles construits en bordures des trois rivières. Les couleurs de ces lignes varieront elles aussi en fonction du mouvement des flots. L’ensemble du dispositif sera complété par une série d’illuminations des parcs placés sur les berges : la lumière se fera plus discrète, avec de nombreuses zones d’ombres disposées de manière aléatoire, de façon à créer un environnement plus intime.

Dans le cadre de cette mise en lumière du centre-ville, Louis Clair a également proposé la création de nouveaux débarcadères, afin d’offrir aux nombreux touristes amateurs des bateaux-mouches locaux un prolongement terrestre à leur promenade fluviale nocturne.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Ningbo.

Maîtrise d’œuvre : Tsinghua-Lengcheng, Light Cibles.

Date prévue de mise en service : décembre 2009.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X