Architecture et urbanisme

Dunes, port, plage, une côte à se réapproprier

La plupart des 11 millions de voyageurs qui arrivent chaque année par le port évitent la ville pour visiter la France. C’est le paradoxe de Calais, dont le port et la plage sont totalement isolés de la ville. La première proposition d’Arc.Ame est donc un aménagement routier permettant d’enrayer la fuite des touristes vers la rocade. Le cordon dunaire pourrait être prolongé le long de l’avenue qui mène à la ville, soulignant immédiatement l’intérêt du site. Des installations artistiques et scénographiques sont proposées sur le patrimoine industriel qui marque l’entrée de Calais par le port. Le second secteur d’intervention est ce morceau de ville à l’ouest des docks, composé d’une large plage isolée de la ville par des stationnements, de vastes espaces à l’abandon, de voiries… La mer est presque invisible depuis le front bâti hétérogène. Arc.Ame propose de retrouver la vue en s’approchant de la mer et en surélevant le piéton. Enfin, sur un terrain exceptionnellement placé, en pointe, sur le passage des ferries, les urbanistes proposent d’implanter le futur palais des congrès (ci-dessus, vue de principe). Ils estiment qu’une identité architecturale forte permettrait d’incarner le renouveau urbain de Calais.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X